BLOG DES AMIS DE PAUL-ÉRIC BLANRUE --- ARCHIVES, ACTUALITÉS, PROSPECTIVES --- DÉMYSTIFICATION ET CONTRE-HISTOIRE

jeudi 23 septembre 2021

Le Covid, règne des folies dictatoriales. Par Paul-Éric Blanrue.

Voici deux mois que Washington DC a rétabli l'obligation du masque pour tous : les cas ont augmenté de 347%. Encore un triomphe !
Les Bermudes : 67% de leur population est entièrement vaccinée. Les cas y ont augmenté de 5 605% au cours du mois dernier. Pour faire bonne mesure les masques y sont obligatoires depuis décembre. Encore un franc succès !
La Floride a quant à elle levé toute les restrictions à l'automne 2020. Sa vague hivernale a culminé puis diminué - naturellement. Petit pic au printemps, qui a diminué. En été, poussée associée au variant Delta, suivi du déclin. Bref, les restrictions n'ont joué aucun rôle dans ces déclins, puisqu'il n'y en a plus depuis un an, pas davantage que de masques obligatoires.
Le Mississippi a levé toutes les restrictions en mars et n'a connu aucune nouvelle poussée. L'été venu il y a eu une poussée due à Delta, maintenant en déclin. Comme en Floride on s'aperçoit que les restrictions (inexistantes) ne sont pour rien dans ces déclins, idem le masquage (non obligatoire).
Depuis que le Danemark a mis fin à toutes les restrictions nationales Covid (pas de confinement, pas de passeports sanitaires ni d'obligation de masque), les cas sont en hausse !
Mais non, voyons : ils sont naturellement en baisse ! Chute de 52% !
Chiffres officiels anglais :
- Les taux d'infection au Sars-CoV2 sont aussi élevés ou plus élevés parmi les entièrement vaxxés dans toutes les cohortes d'âge ≥ 40. Les vaccinés et les non vaccinés sont infectés : les passeports vaxx sont donc inutiles.
- Les vaccins semblent être efficaces pour réduire le risque d'hospitalisation ou de décès dans les tranches d'âge supérieures. Cependant, le risque de décès suite à un test positif pour toute personne de moins de 50 ans (ou sans doute 60 ans) est extrêmement faible, et le risque pour les moins de 30 ans est NUL.
Avant, la science c'était l'esprit critique, l'anti-dogmatisme, le non-conformisme.
Il existe désormais une nouvelle définition médiatique et institutionnelle de la science : toute donnée soutenant l'interventionnisme de l'Etat et le contrôle de la vie des gens.
Pensons à tous ceux qui se sentent soulagés à l'idée que leur gamin de 5 ans puisse bientôt se faire vacciner contre le Covid. Alors qu'il ne court aucun risque. Cette pensée nous fait souvenir que bien des gosses naissent avec le lourd handicap d'avoir des parents idiots.
On le sait désormais, toutes les études le démontrent : dans le meilleur des cas, le vaccin n'est utile que pour les personnes présentant des risques (troisième âge, comorbidités), il est inutile et potentiellement nuisible pour les personnes plus jeunes et bien portantes, qui s'en sortent très bien si elles sont infectées et développent alors une immunité naturelle plus longue que celle obtenue avec le vaccin. Le Covid long est d'ailleurs encore moins fréquent qu'on ne le pensait auparavant. En avril, 12% des testés positif contractaient un Covid long. Aujourd'hui : 2,5 %. Et quand il s'agit d'enfants de moins de 11 ans, le chiffre est inférieur à 1% !
L'idée démagogique du Zéro Covid a abouti à des folies dictatoriales. Les Etats, tendant naturellement (mouvement autodynamique) vers l'autoritarisme, ont choisi la stratégie de l'universalisation à la Chinoise : confinements, masques, vaccinations, passes - POUR TOUS.
Alors qu'il fallait cibler depuis le début les populations à risques et ficher la paix aux autres, soit la grande majorité des gens.
L'universalisation de la castratrophe est fort pratique pour les politiciens peu estimés, se cassant la gueule dans les sondages, et divers scientifiques en mal de pub se trouvant soudain une utilité publique (en attendant les subventions) : tous passent désormais, à peu de frais, pour de "petits pères des peuples", des sauveurs de l'humanité.
Pour cibler, il aurait fallu discriminer. Discriminer est un mot interdit. Au moins depuis la loi Pleven. Quoique discriminer ne dérange pas l'Etat quand il s'agit d'établir une ségrégation entre vaccinés et non vaccinés. Entre personnes à risques et les autres, toutefois, ça ne se faisait pas, il convenait de mettre tout le monde dans le bain. L'image sonnait plus apocalyptique, avec éclairs et trompettes et cinquième cavalier. Les membres de l'Eglise de la Trouille se léchent les babines : à tout point de vue, il n'y a là-dedans que des intérêts pour l'élite.
L'égalitarisme pourrit tout ce qu'il touche, et la démocratie est son prophète. La démocratie est l'avenir des esclaves !

Paul-Éric Blanrue



vendredi 17 septembre 2021

Désinformation et loi des suspects. Par Paul-Éric Blanrue.

Sombre anniversaire ! Celui de la "loi des suspects", le décret du 17 septembre 1793 ordonnant l'arrestation immédiate de toute personne suspectée d'être défavorable à la Révolution : nobles, anciens fonctionnaires, familles d'émigrés, prêtres réfractaires, catholiques, etc.
Cet état d'esprit puant ne vous rappelle rien ?
Nous y sommes. Prison planet ! En Allemagne, Facebook supprime des comptes anti-restrictions Covid. En Italie, l'Etat va généraliser le pass sanitaire au travail, dans le public comme dans le privé. Seuls les retraités, les femmes et hommes au foyer et les chômeurs, seraient de facto exclus du dispositif. Et les clandestins, ça va sans dire.
Info manipulée, désinformation constante, censure permanente, menaces, études importantes passées sous silence, le mensonge est partout. 
Un mensonge d'Etat au hasard ? En voici un joli, un récent, que chacun peut vérifier et encadrer. Joe Biden, le 21 juillet 2021, a déclaré : "Vous n'aurez pas de Covid si vous avez ces vaccins". On sait aujourd'hui que c'est totalement faux. Au moment où j'écris ces lignes, on apprend que l'ancien conseiller national, le socialiste Andreas Herczog est décédé des suites du Covid... bien qu'il ait été vacciné deux fois. 
Plus généralement, en quelques mois, voire en quelques semaines, nous sommes passés de l'affirmation selon laquelle les vaccins protègent pleinement du Covid à l'affirmation qu'ils marchent "assez bien" à condition que vous fassiez des rappels réguliers ad vitam aeternam. Et ceci toujours asséné avec la même assurance.
Les médias n'ont rien dit non plus de cette nouvelle analyse où l'on a examiné 14 études du monde entier portant sur 19 426 enfants et adolescents ayant déclaré avoir un long Covid. Celle-ci montre que les symptômes à long terme du Covid chez les jeunes disparaissent généralement en 4 à 12 semaines ! Nouvelle trop optimiste
sans doute.
Autre info qui n'a pas fait la une dans les médias français : les deux principaux responsables de la recherche US sur les vaccins ont démissionné la semaine dernière (fait suffisamment rarissime pour être noté) et ont signé une lettre dans The Lancet mettant fortement en garde contre les rappels de vaccins. Il s'agit de deux hauts fonctionnaires de la FDA chargés de l'innocuité et de l'administration des vaccins, la directrice et le directeur adjoint du Bureau de la recherche sur les vaccins, Marion Gruber et Phillip Kause. Voici ce qu'ils écrivent en substance :
"Bien que les avantages de la vaccination primaire contre le COVID-19 l'emportent clairement sur les risques, il pourrait y avoir des risques si les rappels sont largement introduits trop tôt, ou trop fréquemment, en particulier avec les vaccins qui peuvent avoir des effets secondaires à médiation immunitaire (comme la myocardite, qui est plus fréquente après la deuxième dose de certains vaccins à ARNm, ou le syndrome de Guillain-Barre, qui a été associé aux vaccins COVID-19 à vecteur adénovirus)."
Et encore : "les preuves actuellement disponibles ne montrent pas la nécessité d'une utilisation généralisée de la vaccination de rappel dans les populations qui ont reçu un régime de vaccination primaire efficace."
Notons que ceux personnes ne sont nullement des anti-vax, bien au contraire.
Comme le signale le site Mises.org : "Le régime du Covid a étendu et approfondi la crise épistémique inaugurée par le postmodernisme et le postmodernisme pratique. Le discours paralogistique a maintenant pénétré "la science", qui s'est transformée en une série de non-séquturs soutenus par la force. La science est devenue postmoderne, prouvant la revendication du sociologue de la science Bruno Latour - dans le monde postmoderne, les faits scientifiques ne sont que des déclarations socialement construites qui deviennent "trop coûteuses" à renverser."

Paul-Éric Blanrue



La guerre civile froide. Par James George Jatras.

Allocution prononcée au séminaire étudiant de l'Institut Ron Paul, 
le 3 septembre 2021.
James George Jatras y annonce :

"Une classe moyenne prolétarisée désireuse d'échanger la liberté contre la sécurité et un soutien minimal sous la forme d'un "soulagement" - non, pas d'un soulagement de la destruction de leurs moyens de subsistance par les gouvernements, mais du terrible virus, conduisant à un "revenu de base universel" (c'est-à-dire le dollar au lieu de l'autosuffisance), à la production prolifique d'argent fiduciaire (ce qui signifie inévitablement l'inflation et la destruction de tous les actifs qu'une classe moyenne en diminution aurait pu laisser), et se dirige vers une société sans espèces : en un mot, le servage. « Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux. » Vous mangerez des insectes et vous en profiterez ;
Niveaux élevés de toxicomanie, de maladie mentale et émotionnelle, d'aliénation sociale et d'isolement, de violence domestique, de suicide, d'immunodéficience et d'autres morbidités causées non pas par la maladie, mais par des mesures imposées soi-disant pour sauver des vies, mais probablement plus lourd que la maladie elle-même, auxquelles nous pouvons maintenant ajouter quel que soit le coût réel des vaccins ;
L'immunisation (avec répétition à l'infini via des "stimulateurs" requis à la lumière des "mutations" comme le "variant Delta" et les apparitions futures attendues de nouveaux fléaux), si elle n'est pas légalement requise, sera au moins si universellement exigée par des entreprises ostensiblement privées. Alors qu'un régime mondial homogène d'"apartheid vaccinal" devient inévitable, chaque être humain, petit ou grand, riche ou pauvre, lié ou libre, menacé de statut de paria pour avoir refusé l'injection d'une substance d'une sécurité inconnue (un nombre de personnes souffrant de conséquences néfastes graves sont supprimées), efficacité (à mesure que de nouveaux "variants" apparaissent, même beaucoup de personnes qui ont été frappées tombent malades) et morale (dans quelle mesure les lignées cellulaires fœtales avortées sont-elles exactement atténuées utilisées dans le développement ?), les mécanismes d'application deviennent également plus clairs : port obligatoire d'un dossier "état de santé scannable sur les téléphones intelligents, application QR facilitant l'emplacement précis et les activités de chaque être humain sur la planète chaque seconde de sa vie. Il est difficile d'éviter de soupçonner que c'était peut-être un objectif de l'ensemble de l'intervention en cas de pandémie en premier lieu ;
Plus de flou des frontières entre le grand gouvernement, les grandes finances, les grandes entreprises pharmaceutiques, les mégadonnées, etc., ce qui équivaut à la capture de l'État des entreprises ("faucisme") ;
Limites de déplacement pour les personnes respectueuses des lois (mais pas pour les migrants illégaux), pas dans le but de rétablir les frontières de l'État souverain (ce qui serait déplorablement nationaliste - il suffit de demander à Viktor Orbán !) mais pour quoi revient au contrôle et à la surveillance du troupeau ;
Pas directement basé sur des mesures anti-virus supposées, mais suivi de près avec elles, la promulgation conjointe par le gouvernement et les entreprises d'idéologies socialement destructrices et historiquement contrefaites ("intersectionnalité", LGBTQI+, féminisme, multiculturalisme, "théorie critique de la race" a/k/a, haine (Cela est bien sûr devenu un élément clé de la promotion mondiale des "droits de l'homme" et de la "démocratie" aux États-Unis et en Europe ; évidemment, l'impérialisme culturel et le néocolonialisme sont tout simplement beaux et dandy lorsqu'ils sont suffisamment réveillés. Peut-être avez-vous vu ce mème, avec le féroce combattant masqué de crâne avec un drapeau américain : "Jusqu'à ce que je sois sans munitions ou de sang, je me battrai pour l'homosexualité au Botswana !") Ces "valeurs" accélèrent à leur tour les tendances de longue date vers l'infertilité et l'effondrement démographique (déclin du mariage, de la formation de la famille et de la procréation) en indiquant la réduction et le remplacement de la population via la société post-humaine, le transhumanisme et la bio-ingénierie ; et surtout :
Remplacement de la réalité "réelle" basée sur la proximité physique avec d'autres personnes par la réalité virtuelle ou augmentée (c'est-à-dire fausse), combiné à la surveillance universelle via l'intelligence artificielle, la technologie 5G et blockchain, la reconnaissance faciale et le marquage biologique, soutenu par un crédit social omniprésent, une culture d'annulation et des sanctions de censure numérique. Remplacement de l'univers réel par un « métaverse » virtuel.
En résumé, ce qui ne pourrait pas être mis en œuvre sur des décennies uniquement par peur du changement climatique et de la "montée des océans" est maintenant rapidement réalisé par la peur d'un agent infectieux submicroscopique. Personne ne devrait douter que l'ancien monde d'avant 2020 a disparu à jamais.
(...)
Néanmoins, je vous présente des tâches pratiques à votre attention.
(....)
Concentrez-vous le plus sur ce qui vous est proche et sur les personnes les plus importantes pour vous. Cela semble terrible, je sais, parce que tous ceux qui sont désignés comme un "expert" ou une "autorité" ne sont pas nécessairement peu fiables, mais c'est une bonne hypothèse de départ. Soyez sceptique - à propos de tout le monde. Dans les pays communistes, c'était la norme : écoutez ce que disent les médias de l'establishment, des sources étrangères si vous pouvez y accéder, et des dissidents anti-establishment (alors c'était samizdat, maintenant ce sont des "théoriciens du complot" sur Internet - mais ne vous laissez pas aspirer, il peut y avoir un coût.) Comme l'a dit Soljenitsyne, "Celui qui choisit le mensonge comme principe choisit inévitablement la violence comme méthode".
Deuxièmement, en tant qu'intendants de toute charge mondaine qui nous est confiée par Dieu et par d'autres personnes - en tant que pères et mères, en tant que maris et épouses, en tant que fils et filles, en tant que voisins, étudiants, en tant qu'ouvriers, en tant que citoyens, en tant que patriotes - nous devons prendre un soin prudent de ceux envers qui nous avons un devoir dans le pouvoir et la sagesse limités qui nous sont impartis. Commencez par vous-mêmes. Soyez aussi autonome que possible. Impliquez-vous dans votre communauté ; ce slogan de gauche est en fait un bon slogan : pensez globalement, agissez localement. Se lier d'amitié avec vos voisins. Apprenez une véritable compétence - électricité, plomberie, menuiserie. Ferme ! N'allez PAS à la faculté de droit, pour l'amour de Dieu. Mettez-vous en forme. Mangez et dormez bien. Ayez beaucoup d'essentiels : nourriture, carburant, or, munitions. Apprenez à tirer. Limitez le temps passé par ordinateur et par téléphone. Cultivez des relations personnelles saines - réelles, pas virtuelles. Mariez-vous jeune, ayez des enfants - en particulier des femmes, ne vous laissez pas séduire par toutes ces absurdités "carrière". Lisez de vieux livres. Cultiver la vertu. Allez à l'église.
Le simple fait d'être ce qui était considéré comme normal et de mener une vie productive devient l'acte le plus révolutionnaire que l'on puisse accomplir. Dans cet esprit, trouvez la force d'être vraiment révolutionnaires !"





mercredi 15 septembre 2021

Le triomphe de la peur et du contrôle. Par Paul-Éric Blanrue.

Nous vivons désormais dans une société où des scientifiques activistes peuvent publier n’importe quelle merde tant qu’elle véhicule un message chargé de peur et appelle à l’intervention de l'Etat. Ils sont sûrs qu'elle sera diffusée à grande échelle et soutenue par les dirigeants. Quand le désastre annoncé ne se matérialise pas, ils revendiquent le mérite de l'avoir évité, et nul n'y trouve à redire. C'est facile, c'est gros, mais ça marche. Et cela dure depuis des décennies. Ces scientifiques corrompus et corrupteurs ont besoin de l'Etat pour être propulsés et financés, et l'Etat-crapule a besoin d'eux pour justifier son interventionnisme. Dans les deux cas, ces groupes contrôlent la population à leur manière et prospèrent sur la panique obtenue. Le pillage, le mensonge et la peur marchent ensemble pour obtenir la soumission complète des populations. Comme toujours, la résistance est minoritaire, insultée, traquée, censurée.  Comme toujours, les collabos forment la majorité et se trouvent confortés dans leur bêtise par les puissances instituées. Dès que les services de santé publique ont réalisé qu'ils avaient un pouvoir illimité avec le soutien total des médias, de politiciens lâches et d'une population terrifiée et paralysée par une propagande vicieuse, c'était fini. Aujourd'hui, ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Les rares résistants médiatiques disparaissent les uns après les autres. Les professionnels pensent à leur carrière et se taisent. La population suit. Les manifs n'y changeront rien. Nous vivons la période la plus idiote de l'histoire du monde. Toutefois, l'Etat, qui a toujours expérimenté le contrôle de la population, prend rarement en considération les conséquences imprévues de ses actions. La révolte individuelle ou en réseaux (voire en tribus d'un nouveau genre) peut se développer dans les failles de la rétorsion généralisée, d'autant plus qu'elle est suscitée et encouragée involontairement par elle. L'extension du contrôle entraîne des réactions inattendues et originales, qui naissent souvent dans de petits groupes. La solution ne réside donc pas dans l'intégration ni dans la conquête du pouvoir, mais dans la sécession.

Paul-Éric Blanrue


Une question, juste une question.

Pourquoi les vaccinés 

ont-ils peur 

des non-vaccinés ?



Pourquoi ne convient-il pas de vacciner les enfants contre le Covid ?

Pourquoi ne convient-il pas de vacciner les enfants contre le Covid ?

Ils n'ont aucun risque significatif d'être gravement malades, moins encore de succomber.
Ceux qui ont peur de croiser des enfants peuvent se masquer et se vacciner.
Si les enfants sont vaccinés et infectés, ils peuvent toujours transmettre le virus.
Vaccinés, les garçons de ce groupe d'âge sont beaucoup plus susceptibles d'être hospitalisés pour myocardite (maladie cardiaque grave qui peut être mortelle) que pour le Covid. Le risque est plus important que le bénéfice : Primum non nocere.
Une fois que la plupart des adultes sont vaccinés, la circulation du SRAS-CoV-2 peut être souhaitable, car susceptible de conduire à une infection primaire, tôt dans la vie, lorsque la maladie est bénigne.
Les avantages de la vaccination avec les vaccins à ARNm sont inférieurs et moins durables que l'immunité naturelle obtenue en étant exposé au SRAS-CoV-2.

NB : Nous ne sommes pas opposés à la vaccination, à condition qu'elle soit volontaire (comme en Suède, en Floride, dans le Dakota du Sud, au Texas, etc.), en particulier pour les personnes âgées ou celles souffrant de comorbidités, car ce sont elles qui décèdent du Covid dans une très large mesure, et non les autres catégories de population. Toute personne désirant se faire vacciner ou voulant porter un masque toute sa vie a évidemment parfaitement le droit de le faire. 
En revanche, nous nous opposons avec force à la campagne étatique promouvant une vaccination de masse, notamment envers les populations n'ayant aucun risque, les enfants en particulier chez qui le risque après vaccination l'emporte sur les bénéfices. 
Enfin, nous nous opposons fermement à l'obligation vaccinale (ainsi qu'au passeport vaccinal), d'une manière générale, car il s'agit d'une mesure dictatoriale : nous y sommes opposés car il s'agit de défendre les libertés fondamentales. Nos corps n'appartiennent pas à l'Etat ni à aucune collectivité
Teddy Riner a déclaré : "Je ne suis pas là pour dire 'vaccinez-vous ou pas'. Chacun est libre de faire son choix, c'est une décision qui doit être individuelle."
Bravo Teddy !
Il va bien falloir un jour que nos élus laissent les gens choisir par eux-mêmes.
S'ils considèrent que les gens sont idiots cela signifie que ceux-ci ont élu des idiots.
Or un idiot élu ne vaut pas mieux que l'idiot qui l'a élu, et n'a donc pas à lui dicter sa vie.
Un peu de logique !

Le Clan des Vénitiens, avec l'accord de Paul-Éric Blanrue.


mardi 14 septembre 2021

Tous vaccinés, tous protégés ? Fake news !

Ce slogan de l'Etat est fake.
Vacciné, on peut être contaminé, tomber malade, voire mourir, et on peut aussi contaminer les autres. Il y a plus de risque à être vax pour un jeune que de bénéfice pour lui.
Se vax n'est pas un geste altruiste : pur mythe. On se vaccine pour soi.


Les leçons à tirer du cas israélien : 1°Aucune surmortalité durant la "pandémie". 2° Seule hausse de mortalité : chez les jeunes en période vaccinale.




 

Dernières nouvelles du front Covid ! La folie dictatoriale et les mensonges pseudo scientifiques se poursuivent à un rythme effréné.

- Une infographie de la BBC.
Elle montre que le risque d’hospitalisation pour myocardite chez les enfants, après un schéma vaccinal complet, est 2 à 6 fois plus important que le risque Covid lui-même.


- Il aura fallu avoir vécu jusqu'en 2021 pour entendre un vieillard sénile devenu président de la première puissance mondiale oser déclarer : "Nous allons protéger les vaccinés des non-vaccinés".
C'est merveilleux.


- Paradoxe de Simpson, qu'y disaient, autrement dit illusion mathématique... La vérité toute crue ? Israël, autrefois en tête de la course mondiale pour sortir du Covid, est devenu un point chaud de la "pandémie" début septembre. Après la propagation du variant delta au cours de l'été, le pays a connu le taux d'infection par habitant le plus élevé au monde, selon les chiffres compilés par l'Université Johns Hopkins.
Résultat : Israël, "le pays le plus vacciné au monde", le modèle, se prépare pour une quatrième dose du vaccin. Les responsables de la santé ont déclaré que les effets des injections initiales de Covid s'affaiblissent cinq mois après l'inoculation, ce qui rend les rappels nécessaires.
Bientôt chez nous !
D'ailleurs Castex vient d'annoncer une troisième dose pour les plus de 65 ans. Vous en aviez entendu parler au printemps ?
Bien sûr que non. Au printemps, les deux doses de vaccin était censées tout régler.


- Le ministre israélien de la Santé surpris sur des images en train de reconnaître que le passeport vaccinal n'a pas de "justification médicale" mais existe pour faire pression sur les citoyens afin qu'ils se fassent vacciner. Ce que confirme que le Dr. Parks, biologiste cellulaire et moléculaire, qui explique que les vaccins Covid n'ont jamais été conçus pour prévenir la transmission du virus. Le slogan dénonçant les vilains égoïstes est une imposture supplémentaire. L'injecté et le non-injecté transmettent.

- Énorme ! Une nouvelle étude suggère que près de la moitié des personnes hospitalisées avec Covid ont des cas légers ou asymptomatiques !
On le savait déjà parce que dans deux études distinctes publiées en mai, des médecins californiens ont analysé plusieurs centaines de dossiers de patients pédiatriques pour comprendre pourquoi, exactement, chaque enfant positif au Covid avait été admis à l'hôpital. Avaient-ils besoin d'un traitement contre le Covid ou y avait-il une autre raison d'être admis, comme un traitement du cancer ou un épisode psychiatrique, et le diagnostic de Covid n'était alors qu'accessoire ? Selon les chercheurs, 40 à 45 % des hospitalisations qu'ils ont examinées concernaient des patients de ce dernier groupe.
Cette fois, les chercheurs ont analysé les dossiers électroniques de près de 50 000 admissions à l'hôpital avec Covid dans plus de 100 hôpitaux US.
L'étude suggère qu'environ la moitié de tous les patients hospitalisés figurant sur les tableaux de bord de données Covid en 2021 ont été admis pour une autre raison ou n'avaient qu'une légère présentation de la maladie.
Toujours cette distinction essentielle (et jamais faite par les "experts" et les médias) entre le fait d'être malade "avec le Covid" et être malade "du Covid".
Toujours ces effrontées menteries de l'Église de la Trouille.

-Au cours du mois écoulé, l'Australie a signalé plus de décès ajustés en fonction de la population que la Suède, malgré des confinements dictatoriaux à la chinoise et un masquage général imposé par l'armée parmi les plus stricts au monde.
C'est vraiment pas de bol !


- "Un «nombre important de cas d’échecs vaccinaux avec le vaccin Janssen», alerte l’ANSM Un rapport pointe la surreprésentation des patients vaccinés par Janssen en réanimation, notamment à Marseille et à Tours." Au goulag !

- Si la plupart des Etats ont suivi la politique de confinement totalitaire à la chinoise et l'abolition des libertés fondamentales, c'est parce qu'ils se sont appuyés sur les chiffres chinois, brandis pour signaler une remarquable réussite dans la lutte contre le virus.
Et si on commençait par le début : quelle raison avons-nous de croire sans discuter les chiffres fournis par la dictature communiste chinoise, sachant qu'elle a menti sur tout le reste et qu'aucune autorité indépendante ne peut rien vérifier, comme l'origine du coronavirus dans le labo de Wuhan ?


- Livre d'histoire-géo, 6e, rentrée 2021. Gageons que pour évaluer le mythe de "l'intérêt général", dogme rousseauiste devenu croyance républicaine, on n'étudie pas le paradoxe de Condorcet ni le théorème d'Arrow (Prix Nobel d'économie), qui l'ont déboulonné une fois pour toutes.




- La Floride a connu une forte augmentation des cas et hospitalisations en juillet à cause du variant delta, maintenant les deux diminuent sans confinements, passeports vax, lois licenciant les soignants non vaxés. Les écoles sont ouvertes depuis quatre semaines sans masques - et les cas continuent de baisser ! Pour appuyer cette démonstration sur la Floride et la vie naturelle du virus, on constate la même évolution dans le Mississippi et la Géorgie qui sont célèbres pour avoir levé les restrictions à l'automne dernier ou au printemps et ne pas en avoir imposé de nouvelles en réponse à l'arrivée de Delta. Conclusion : désormais, dans ces trois Etats du Sud emblématiques, ça baisse !


- La plupart des gens croyaient que nous vivions une ère scientifique où l'info était vérifiée, vérifiable, honnêtement diffusée, et que tout cela nous empêchait de tomber dans les rets des charlatans. C'était faux. Le scientisme est une nouvelle religion, inhumaine, sans tradition, agrémentée de pensée magique et de superstitions exécrables. Rien ne sert davantage les dérives étatiques que l'absence d'esprit critique de la population. Bref, "l'histoire s'est arrêtée. Rien n'existe qu'un présent sans fin dans lequel le Parti a toujours raison" (George Orwell, 1984).


Paul-Éric Blanrue

lundi 13 septembre 2021

Covid : les taux de survie par âge. Ce que les télés ne montrent pas !

L’épidémiologiste de Stanford John Ioannidis insiste sur les taux de survie liés à l’âge pour le Covid.
Voilà les pourcentages qui devraient être chaque jour montrés aux téléspectateurs au lieu des ganaches catastrophées et du discours délirant des habituels croque-morts de l'Eglise de la Trouille.

Ron Paul et le 911 : 20 ans après et toujours aussi juste !





Rien n'a davantage bouleversé les élites du Washington Beltway que lorsque lors d'un débat présidentiel de 2007, j'ai souligné la vérité sur les attentats du 11 septembre : ils nous ont attaqués parce que nous sommes au Moyen-Orient, sanctionnant et bombardant la population civile, depuis des décennies. Les attaquants du 11 septembre n'étaient pas motivés à se suicider sur les tours jumelles et le Pentagone parce qu'ils n'aiment pas nos libertés, comme l'a affirmé le président Bush de l'époque. C'était un mensonge égoïste.
Ils nous détestaient - et nous haïssent - parce que nous les tuons sans raison. Jour après jour. Année après année. Jusqu'à il y a quelques jours, lorsque le président Biden a massacré Zemari Ahmadi et neuf membres de sa famille - dont sept enfants - en Afghanistan. L'administration s'est vantée de retirer une cible de premier plan de l'Etat islamique. Mais ils ont menti. Ahmadi n'était qu'un travailleur humanitaire, travaillant pour une organisation basée en Californie, apportant de l'eau aux résidents des villages afghans souffrants.
Cette horreur a été répétée des milliers de fois, encore et encore, pendant des décennies. Washington croit-il que ces gens sont sous-humains ? Qu'ils ne se soucient pas d'une manière ou d'une autre de la mort de leurs proches ? Qu'ils ne réagissent pas comme nous réagirions si une puissance étrangère massacrait nos familles ?
L'ancienne secrétaire d'État Madeleine Albright a suggéré dans une interview que tuer un demi-million d'enfants irakiens avec des sanctions visant à destituer Saddam Hussein du pouvoir "en valait la peine". C'était un aveu que la vie d'innocents ne signifie rien pour l'élite de Washington, même s'ils dépeignent leurs interventions meurtrières comme une sorte de "libération humanitaire". Le slogan de l'establishment de la politique étrangère américaine devrait vraiment être "Des morts, peu importe".
Les élites de la politique étrangère de Washington - républicains et démocrates - sont profondément corrompues et agissent contrairement aux intérêts nationaux américains. Ils prétendent que des décennies d'attentats à la bombe aveugles à l'étranger sont bénéfiques pour les victimes et nous permettent également de rester en sécurité. C'est ainsi qu'ils sont en mesure, année après année, de convaincre le Congrès de remettre un billion de dollars - de l'argent pris directement et indirectement aux Américains moyens. Ils utilisent la peur et le mensonge pour leur propre profit. Et ils se disent patriotes.
L'establishment de Washington nous a menti parce qu'il ne voulait pas que nous nous arrêtions une seconde et essayions de comprendre le motif des attaques du 11 septembre. Les inspecteurs de police ne sont pas des apologistes des tueurs lorsqu'ils essaient de chercher un motif expliquant le crime. Mais l'élite de Washington ne voulait pas que nous réfléchissions aux raisons pour lesquelles les gens pourraient être motivés à faire un attentat suicide. Cela pourrait mettre en danger leur train de vie centenaire.
(...)
Alors, vingt ans après quoi avons-nous appris du 11 septembre ? Absolument rien. Et nous savons tous ce que le philosophe George Santayana a dit de ceux qui sont incapables d'apprendre de l'histoire. J'espère désespérément que les États-Unis adopteront d'une manière ou d'une autre une politique étrangère non interventionniste, qui nous protégerait d'une autre attaque. J'aimerais vraiment que les Américains exigent que leurs dirigeants apprennent de l'histoire. La seule façon de nous rendre en sécurité est de mettre fin au règne de la machine à tuer Washington.

Ron Paul

vendredi 3 septembre 2021

La Suède bannit les "tous vaccinés, tous protégés" d'Israël.

La moyenne de 7 jours de décès/million en Suède est de 0,09. On y signale un total de... 42 décès au cours des 2 derniers mois ! Rappel : pas de masques ni de vaccins obligatoires, pas de passeports ni de discrimination sanitaires. Personne n'en parle dans les médias.



A partir du 6 septembre, la Suède (ce pays dont personne ne parle mais qui a donc réglé le problème de l'épidémie de Covid sans la moindre contrainte ou restriction étatique) interdit aux voyageurs en provenance d'Israël (l'un des pays les plus vaccinés au monde et pratiquant l'apartheid sanitaire, ce fameux "modèle") d'entrer sur son territoire en raison de l'augmentation record du nombre de cas Covid. Logique : Israël, l'un des pays les plus vaccinés au monde répétons-le, a battu son record en signalant 10 947 nouveaux cas de Covid lundi, dépassant le précédent record de 10 118 infections quotidiennes établi en janvier. Comme le signale le Daily Mail : "Israël est maintenant le point chaud mondial du Covid : les cas montent en flèche malgré le déploiement pionnier des vaccins ce qui fait craindre que d'autres pays largement vaccinés ne soient touchés par une autre vague en raison de la diminution de l'immunité des vaccins".



samedi 28 août 2021

Faurisson, le menteur. Suite et pas fin !

Au Professeur R. Faurisson, 

28 mai 2018 


... Est-ce cela faire du révisionnisme ? On vient de me signaler une vidéo disponible sur Internet et titrée "Robert Faurisson fustige la lâcheté des céliniens, etc." :

 

https://meta.tv/robert-fauriss on-celiniens-lextreme-droite-m arc-edouard-nabe/

 

Vous y évoquez le colloque « Céline, classique et réprouvé » qui se tint en février 2011 au Centre Pompidou. Vous faites état des remous qu'y suscita votre intervention et la prétendue lâcheté dont plusieurs céliniens, dont moi-même, aurions fait preuve. Heureusement nous disposons d'un enregistrement sonore de ce colloque et ce que vous dites n'est pas exact :

 

http://webtv.bpi.fr/fr/doc/335 9/Celine,+reprouve+et+classiqu e+II

 

Vous êtes, en effet, intervenu sous cette forme (je vous cite) : "Est-ce que j'ai le droit de poser une question ? Que veut dire Bagatelles pour un massacre ? Massacre de qui ?" Au lieu de relever précisément l'habituel contresens (et ce contrairement à ce que vous affirmez dans la vidéo), vous vous êtes lancé dans une digression, fustigeant notamment "les organisations juives", que j'ai trouvée assez maladroite dans ce cadre. Raison pour laquelle je ne suis pas intervenu, d'autant que je l'avais fait juste avant vous pour relever que dans les années 70, certains céliniens stigmatisaient (je cite) "l'anticommunisme criminel" de Céline. Vous avez été interrompu sèchement par Yves Pagès ("...Les juifs poussent au crime. Ce discours-là est insupportable ! Franchement, vous êtes la doublure lumière de Faurisson, donc ça va mal finir là.") mais, contrairement à ce que vous affirmez, celui-ci n'est pas descendu de l'estrade et n'a pas manifesté l'intention de vous "casser la gueule".

 

Vous faites ensuite allusion à l'article que j'ai écrit (car, contrairement à ce que vous affirmez, j'en suis l'auteur) en octobre 2014 dans le BC à propos du livre La République des censeurs de Jean Bricmont :

 

http://bulletincelinien.com/la -republique-des-censeurs/

 

Ce que vous dites à ce sujet n'est pas davantage exact. Dans cet article, je m'élève contre une tentative d'éviction dont vous avez failli être la victime lorsque André Lwoff succéda à Philippe Alméras à la présidence de la Société des études céliniennes :

 

Philippe Alméras, qui fut le premier président de la Société d’études céliniennes, rappelle volontiers que son successeur, prestigieux prix Nobel de médecine, se disait volontiers « libertaire ». Or, lors de la première assemblée générale qu’il présida, son premier souci fut d’exclure un membre aux conceptions historiques ouvertement révisionnistes. Alméras s’y opposa avec fermeté : « …Tant qu’il n’utilisait pas l’organisation pour faire avancer sa thèse, il n’y avait rien à lui reprocher, et donc aucun motif pour l’expulser. Si sa radiation était votée,  je démissionnais ². » À sa suite, François Gibault, libéral patenté, s’y opposa également.  

 

Ensuite, je rappelle l'incident survenu au colloque de Beaubourg :

 

Lors du colloque Céline, réprouvé et classique, qui se tint à Beaubourg en 2011, le public fut autorisé à prendre la parole. L’historien contesté se vit brutalement retirer la parole alors qu’il se proposait d’expliquer le sens du titre d’un des pamphlets. Le censeur était, cette fois, un célinien qui se défend d’être un militant mais qui agit comme tel. Il a confié que, dans sa jeunesse, il « aurai[t]  aimé  être  un  révolutionnaire mao  » [sic].  S’il a abandonné  ce rêve, il en a manifestement gardé certains réflexes totalitaires. 


J'ai le regret de vous dire que vous tenez des propos incohérents : dans cette vidéo, vous me reprochez de n'être pas intervenu lors de ce colloque et d'avoir, dans cet article, rappelé qu'aucun célinien n'était intervenu pour protester contre la censure dont vous étiez l'objet. Or, dans ledit article, je n'évoque pas du tout l'absence de réaction en votre faveur, absence de réaction que vous semblez par ailleurs nier (!).  Toutes ces assertions me semblent, je vous l'avoue, manifester la plus grande confusion.

 

Marc Laudelout

 

 

Les mensonges de Faurisson, suite.

    ·       03/24/16 à 2:23 PM

    À

    ·       RobertFaurisson

     

    Robert,

    Au premier de l'an 2008, date de mon départ à la retraite, vous aviez déclaré, à minuit et devant des témoins tous acquis à votre cause, que vous perdiez un avocat mais que vous gagniez un ami. Désormais vous m'appelleriez Éric et non plus maître, comme il fallait que je vous appelle Robert.... Il en fut ainsi durant huit ans et, il n'y a pas 15 jours, vous me téléphoniez encore pour solliciter mes conseils et avis.

    Et voici qu'à la sortie de l'audience de la Cour de Paris le 17 mars, après avoir dénoncé les "lâches" de votre entourage, vous expliquez devant les caméras, que " ... il y a vingt ans [donc vers 1996] (...) on me frappait. Mon avocat me laissait tomber, avec sa toge il allait se réfugier dans la XVIIe chambre et moi je me faisais massacrer. Et il n'a jamais protesté. Ce n'est plus concevable aujourd'hui ... ". Et cela circule sur Internet, sur ERTV (Égalité et Réconciliation) ou lapravda.CH. Et cela restera pour longtemps, voire pour toujours sur la Toile...

    Or vous êtes le premier à savoir que cela est faux : jamais je ne vous ai laissé tomber, même quand il fallait vous exfiltrer par les caves du Palais de justice. Jamais vous ne m'aviez fait un tel reproche, ni entre nous, ni dans vos Écrits révisionnistes.

    Pour la première fois, je vous entends proférer un mensonge et c'est pour me calomnier, vous dont j'ai servi la cause et les causes judiciaires pendant 27 ans. 

    C'est trop d'ingratitude. Rompons-là.

    Avec ma déception de toujours fidèle révisionniste.

    Eric Delcroix.