BLOG DES AMIS DE PAUL-ÉRIC BLANRUE --- ARCHIVES, ACTUALITÉS, PROSPECTIVES --- DÉMYSTIFICATION ET CONTRE-HISTOIRE

dimanche 16 juin 2024

Serge Klarsfeld vote Marine Le Pen. Blanrue avait tout annoncé dès 2014 dans "Jean-Marie, Marine et les juifs" !

 




Les chrétiens, Israël et la politique. Par Thomas DiLorenzo.



"Des millions de chrétiens "évangéliques" américains ont été endoctrinés dans l'idée qu'ils doivent adorer les politiciens et les bureaucrates israéliens. C'est parce que des prédicateurs comme John Hagee leur enseignent que la Bible dit que Dieu bénira ceux qui bénissent la nation d'Abraham. L'absurdité de tout cela est que les religieux pop comme Hagee confondent faussement l'Israël de la Bible avec les politiciens et les bureaucrates d'aujourd'hui du gouvernement du pays d'Israël, vieux de soixante-six ans. Les deux n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Les politiciens israéliens peuvent être aussi louches, immoraux, corrompus, criminels et meurtriers que n'importe quel politicien n'importe où. D'où le spectacle de chrétiens évangéliques américains qui encouragent le meurtre de concitoyens à Gaza par l'armée israélienne (et du meurtre d'encore plus de chrétiens de Russie en soutenant l'Ukraine dans sa guerre avec la Russie).

Qu'est-ce que les chrétiens évangéliques adorent exactement lorsqu'ils adorent si servilement le gouvernement d'Israël ? Ils n'adorent pas Dieu ou la piété - tout le contraire. Ils adorent le genre de personnes décrites par George Washington dans son discours d'adieu comme des « hommes rusés, ambitieux et sans principes ». Les politiciens ordinaires, en d'autres termes.

Lorsque les politiciens de n'importe quel pays utilisent les pouvoirs coercitifs de l'État pour confisquer les biens d'une personne, en donner une partie à des partisans politiques et en garder une partie pour eux-mêmes, ils se livrent à des vols. L'appeler "démocratie", "règle majoritaire" ou "la seule démocratie au Moyen-Orient" ne la rend pas moins pécheur.

Pour être élus, tous les politiciens du monde entier doivent promettre de voler de l'argent à ceux qui l'ont gagné et de le donner à d'autres (et à eux-mêmes) qui n'y ont pas de droit moral. L'appeler « fiscalité progressive » ne le rend pas moins pécheur.

Tous les politiciens font des promesses d'allouer les biens volés d'autres personnes à leurs partisans politiques, dont la plupart d'entre eux savent qu'ils ne peuvent pas les garder. Ils mentent, en d'autres termes. Comme Murray Rothbard l'a écrit un jour, un maître politicien est un menteur et un manipulateur magistral. C'est pourquoi si peu de personnes morales sont jamais élues à un poste politique. Et s'ils le sont, ils sont généralement rapidement battus par des critiques et des condamnations sévères, ou ignorés et marginalisés.

Quand F.A. Hayek a intitulé l'un des chapitres de The Road to Serfdom "Why the Worst Get on Top", il faisait référence aux sociétés socialistes totalitaires, mais la même chose est vraie de toute démocratie n'importe où. (...)

Dans une large mesure, les politiciens deviennent des politiciens parce qu'ils peuvent s'enrichir en sollicitant et en prenant des pots-de-vin. Le défunt Iouri Maltsev, qui a fait défection de l'Union soviétique aux États-Unis après avoir travaillé pour Mikhaïl Gorbatchev, a un jour fait remarquer à quel point le gouvernement américain était similaire au gouvernement soviétique parce que, selon ses mots, "le gouvernement consiste à prendre des pots-de-vin".

C'est une pratique courante pour les politiciens à Washington de proposer des taxes ou des réglementations onéreuses sur une industrie, puis de s'asseoir et de collecter des millions de dollars en pots-de-vin, appelés euphémisme "dons de campagne", puis une fois qu'un butin suffisant est collecté, d'appeler le tout. Ils appellent cette législation proposée "les factures de traite" parce qu'elles traitent des "dons de campagne". Le juriste Fred McChesney a même écrit tout un livre de Harvard University Press sur ce phénomène intitulé Money for Nothing.

Tous les politiciens du monde entier, y compris Israël, sont des vitrines des sept péchés capitaux. La fierté de soi l'emporte sur l'humilité pour les débutants. Quel membre du Congrès n'est pas un égomane ? L'envie empoisonne le cœur de chaque partisan des régimes de "redistribution du revenu", la pierre angulaire du bien-être partout.

La colère est ce que l'on vit chaque fois que l'on s'oppose à l'État. Demandez à tous les médecins dont la licence médicale a été annulée après avoir remis en question les "vaccins" contre le covid. Même Tucker Carlson a été diffamé comme un "atout russe" pour s'être opposé au financement américain de l'Ukraine dans sa guerre avec la Russie.

La paresse a toujours été associée à la bureaucratie gouvernementale. Personne n'aime être appelé "bureaucrate". Ensuite, bien sûr, il y a la cupidité. L'avide de pouvoir et d'argent anime les capitales nationales et étatiques partout dans le monde. Aucune institution nulle part n'est plus avide d'argent que les syndicats d'employés publics, par exemple ou les milliers d'autres "groupes d'intérêts spéciaux" qui ont sans cesse l'intention de voler le Trésor.

La gourmandise est également exposée partout avec les modes de vie ostentatoires et la richesse visible des classes dirigeantes. Les politiciens ne sont pas non plus familiers avec le péché de la convoitise, en particulier la soif de pouvoir sur les autres, surnommée par le juge Andrew Napolitano la "ibido dominante" ou "la convoitise de dominer".

Tout cela, chrétiens évangéliques, est ce que vous avez été aspiré dans le « culte » par le "leadership" de votre église lorsqu'ils vous disent que vous devez adorer les politiciens d'Israël si vous voulez aller au Ciel. Quel péché."

Thomas DiLorenzo.




mercredi 12 juin 2024

Nouvelles réflexions sur le merdier actuel. Par Paul-Éric Blanrue.


Une grande partie de ma vie est dévolue à combattre l'antisémitisme. Autrement dit à combattre le sionisme, sa cause principale. 

- Parmi les vrais pourvoyeurs d'antisémitisme, il y a ceux que l'on ne cite jamais : ceux qui refusent que l'on critique ou que l'on rie des juifs, comme on peut rire de tout le monde, à égalité, sans ordre de préférence. C'est le deux poids, deux mesures, rupture du principe d'égalité, qui crée l'antisémitisme. Quand on est pour la libre expression totale, on évite cet écueil. 

- Les talmudistes radicaux, les rabbins ultra-racistes, les enfiévrés de la suprématie, ne sont pas les juifs du quotidien. Ces derniers ne réclament pas d'immunité. Ce ne sont pas eux qui ont ordonné la loi Gayssot, mais les gros poissons, pour des raisons politiques déterminées, liées à l'immunité d'Israël.

- L'association antisionisme-antisémitisme date de la première décennie 2000, j'ai assisté à son éclosion et à sa progression. C'est une stratégie sioniste, qui amalgame deux choses totalement différentes, le rejet d'un principe politique raciste et génocidaire, et une religion millénaire, qui a droit au respect et que l'on peut critiquer comme on critique l'islam ou le christianisme. Cette association est devenue si ridicule qu'il est devenu plus antisémite de critiquer un chrétien sioniste qu'un juif antisioniste. Y a-t-il des antisionistes antisémites ? Oui, comme il peut y en avoir partout. Mais dans leur grande majorité les antisionistes apprécient les juifs (pas leurs représentants politiques auto-désignés, c'est autre chose) et travaillent main dans la main avec les mouvements des "juifs pour la paix" et ceux qui se disent "juifs de la Torah".

- Plus Macron parle, plus LFI et le RN montent.

- Macron ce n'est pas "Moi ou le chaos". C'est "Moi ET le chaos".

Drôle d'époque : jamais il n'a été aussi clair que le sionisme est raciste et exterminateur, et jamais les partis le soutenant n'ont été aussi haut placés. Quand il s'effondrera, ces partis ne seront plus que honte bue et cendres éparpillées. Qu'ils en profitent, la jubilation sera de courte durée.

La politique en 2024 : tu préfères l'extrême droite ou les antisémites ?

Qu'espèrent les lycéens qui scandent "La jeunesse emmerde le Front national" ? Que celui qui a voté Jordan Bardella se dise soudain : "Bon sang ! Les jeunes n'aiment pas Bardella, je dois voter LFI pour leur faire plaisir !" ? Cette stratégie puérile me laisse pantois.

- Débat droite/gauche en 2024:

     - Fasciste !     

    - Nan, c'est toi le fasciste !     

    - Antisémite !     

    - Nan, c'est toi l'antisémite !    

     - C'est çui qui dit qui est !    

     - Nan, c'est çui qui dit qui est !

En temps normal, la plupart des gens n'ont qu'un mépris souverain pour la classe politique, et puis soudain arrive le temps des élections et les voilà tous à croire les promesses des politiciens comme si leur répulsion passée était oubliée. Curieux phénomène psychologique.

- Beaucoup sont scandalisés par les mensonges et les trahisons de l'affreux petit monde des politiciens. N'oubliez pas toutefois que c'est l'essence de la démocratie : je te fais des promesses, tu m'élis, je vis sur ton argent mais les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

- La meilleure façon de tuer le RN est de lui laisser exercer le pouvoir.

- Reconnaissons que Jordan Bardella est un excellent stratège. On jurerait qu'il applique les leçons de Jean-Marie, Marine et les juifs.

Marion Maréchal s'est révélée aussi bonne tueuse que sa tante. À la place de Jordan Bardella, je regarderais sous la voiture.

 Après la sortie de Marion Maréchal, Zemmour et Knafo n'ont plus qu'à convoler en justes noces à Tel-Aviv.

- On peut se demander à quel point un gouvernement Bardella n'est pas attendu des fausses élites pour adopter de nouvelles mesures liberticides, sous prétexte que le peuple veut un homme fort.

- La doctrine Macron : "Je suis l'unique remède au merdier que je viens de créer".

Les athées qui vont voter la fleur au fusil, en croyant aux promesses des partis politiques, me font toujours sourire.

Le Hamas compte environ 50 000 combattants, alors qu'il y a plus de 2 millions d’habitants à Gaza. Si tous les Gazouis sont coupables alors tous les Israéliens le sont aussi car Netanyahu a soutenu le Hamas et il est le Premier ministre qui a le règne le plus long dans l'histoire de son pays.

  - Débat :

    - Avec le RN, les Israéliens vont prendre le pouvoir en France !

    - Non.

    - Pourquoi ?

    - Ils y sont déjà depuis Sarkozy.

- Il y a 4 époques dans les relations entre Israël et la France :

   - Après-guerre, le rapprochement. La France aide Israël à obtenir l'arme atomique.
   - Charles De Gaulle : la France prend ses distances dans une volonté d'indépendance. La plupart des présidents sont dans cet état d'esprit, avec des hauts et des bas.
   - Avec Nicolas Sarkozy président, Israël fait main-basse sur la droite classique et l'État français. Des têtes tombent dans le Renseignement et au Quai d'Orsay. La France devient un soutien indéfectible d'Israël, en même temps qu'elle se soumet à l'OTAN. François Hollande et Emmanuel Macron se situent dans ce sillage malgré des simagrées de façade.
    - La droite classique étant dans les choux, le macronisme ayant fait long feu, le choix est fait de réactiver la droite nationale. Ses nouveaux leaders, Marine Le Pen et Éric Zemmour, sont là pour cette raison. L'infiltration remonte à loin, mais l'accession au trône de la fille de Jean-Marie Le Pen, est un signe des temps qui sera saisi par les sionistes de droite pour la driver jusqu'au trône. C'est ainsi qu'Israël compte rester aux manettes.

- Si on n'est pas capable de résister au système avant les élections, ce n'est pas après les élections qu'on va entrer en résistance. Bardella fait tout pour entrer dans le moule. Il n'en sortira pas. Certains disent même que le moule est entré en lui.

- L'antisémitisme n'est qu'un alibi. Non seulement Bardella n'abrogera pas la loi Gayssot, mais il va, sans le moindre doute, accentuer la censure idéologique d'État. Tous azimuts, mais en commençant par la défense hystérique d'Israël et de son lobby en France.

- Le patron des "sceptiques" US, Michael Shermer, demande avec cynisme pourquoi personne ne demande la fin des États-Unis, alors qu'ils ont bombardé Hiroshima, génocidé les Indiens, etc. Si l'on réclame seulement la fin d'Israël, c'est donc bien qu'on est antisémite : CQFD. Ce qui est réclamé partout, en réalité, c'est la fin de l'Israël en tant qu'État sioniste, donc raciste, comme a été réclamée durant des années la fin de l'Afrique du Sud de l'apartheid (ou la fin de l'Amérique de la ségrégation). Le boss de "sceptiques" a un esprit critique à portée limitée. Dis-moi qui tu n'oses pas critiquer, je te dirai qui tu es.

- Ces libéraux en carton, qui ne sont libéraux que pour les impôts et ne rêvent que des États-Unis et d'Israël, en affichant un souverain mépris pour tout ce qui touche à l'islam, sont tellement bornés qu'ils ne sont même pas capables de voir que de nombreux pays musulmans ont un taux d'imposition du revenu de 0% (Arabie saoudite, Bahrein, Koweit, Émirats arabes unis, Oman, Dubaï, Qatar, etc.). En Palestine comme en Syrie, le maximum est de 15%, en Israël d'environ 50%, comme aux États-Unis. On en rirait si ce n'était pas aussi bête.

- "Tu roules pour qui, Blanrue, LFI ou RN ?", me demandent certains.
Facile : je roule pour la liberté et la justice.
Je n'en ai strictement rien à fiche du calendrier électoral, hochet pour cyniques ou naïfs.
Je roule pour la sécession. 
La sécession n'a jamais été autant d'actualité qu'aujourd'hui.

Paul-Éric Blanrue.






jeudi 6 juin 2024

Un chrétien peut-il être libertarien ? Par Laurence M. Vance.

"Je crois qu'un chrétien peut facilement et naturellement être un libertarien. Et pas seulement cela, je crois qu'il est tout à fait possible d'être un conservateur social et théologique résolu et en même temps d'être un libertarien sans compromis et inconditionnel. Je suis certainement les deux.

Le libertarianisme n'est pas un mode de vie ou une attitude sociale. Ce n'est pas un synonyme de libertinisme. Il ne peut pas être défini de manière simpliste comme étant « fiscalement conservateur et socialement libéral ». Le libertarianisme n'a rien à voir avec la tradition, la coutume, la religion ou la moralité, mais il n'est pas opposé à ces choses.

Le libertarianisme est préoccupé par le bon usage de la force. Aucun homme ne peut agresser ou commettre une violence non consensuelle contre la personne ou les biens d'un autre homme. La force ne peut être utilisée légalement que sur la défensive contre l'agression ou la violence d'un autre, mais doit être proportionnelle et n'est ni essentielle ni nécessaire. L'initiation d'une agression ou d'une violence contre la personne ou la propriété d'autrui est toujours mauvaise, même si elle est faite par le gouvernement, tant que les autres s'engagent dans une conduite pacifique et consensuelle qui ne viole pas les droits personnels ou de propriété d'autrui.

Pourquoi les chrétiens conservateurs seraient-ils en désaccord avec cela ?

Peut-être parce qu'ils croient que l'initiation d'une agression ou d'une violence par le gouvernement contre une personne ou une propriété n'est parfois pas une erreur, même lorsque quelqu'un s'engage dans une conduite pacifique et consensuelle qui ne viole pas les droits personnels ou de propriété d'autrui.

Le libertarianisme dit donc que les gens devraient être libres de toute ingérence individuelle, sociétale ou gouvernementale pour vivre leur vie comme ils le souhaitent, poursuivre leur propre bonheur, s'engager dans des associations bénévoles, accumuler de la richesse, évaluer leurs propres risques, faire leurs propres choix, participer à toute activité économique pour leur profit, s'engager dans le commerce avec toute personne prête à rendre la pareille et dépenser les fruits de leur travail comme bon leur semble - tant que leur conduite est pacifique, que leurs interactions sont consensuelles et que leurs actions ne violent pas les droits personnels ou de propriété des autres.

Pourquoi les chrétiens conservateurs seraient-ils en désaccord avec cela ?

Peut-être parce qu'ils croient que parfois l'initiation d'une agression ou d'une violence par le gouvernement contre une personne ou un bien est justifiée même lorsque quelqu'un s'engage dans une conduite pacifique et consensuelle qui ne viole pas les droits personnels ou de propriété d'autrui.

Il n'y a rien de mal à s'identifier comme un conservateur social et théologique. Je le fais certainement. Le problème est lorsque les chrétiens conservateurs pensent que cela devrait inclure le conservatisme politique - une philosophie autoritaire qui juge tout à fait approprié pour le gouvernement non seulement de contraindre l'action vertueuse au lieu de la laisser au choix libre et volontaire de l'individu, mais aussi de punir les gens pour s'être engagés dans des actions pacifiques, volontaires et consensuelles qu'il n'approuve pas et de prendre les ressources des gens contre leur volonté et de les transférer ou de les redistribuer à d'autres Américains et étrangers comme bon lui semble.

Peut-être qu'une meilleure question devrait être : comment un chrétien peut-il ne pas être un libertarien ?"

Laurence M. Vance.

LIEN

mercredi 5 juin 2024

Là, j'irai gésir... Par Paul Morand.


"Là, j'irai gésir, après ce long accident que fut ma vie. Ma cendre sous ce sol; une inscription en grec en témoignera; je serai veillé par cette foi orthodoxe vers quoi Venise m'a conduit, une religion par bonheur immobile, qui parle encore le premier langage des Évangiles."
Paul Morand.

Une dissection hoppéenne de Javier Miléi : le sionisme de Milei et la perspective libertarienne. Par Oscar Grau.

Le clown Javier Milei


"La pierre angulaire du libertarianisme est l'idée, la reconnaissance et la défense des droits de propriété privée. Que ce soit sur la terre ou sur quoi que ce soit d'autre, ces droits (exclusifs) sont attribués à juste titre à certaines personnes sur la base de l'appropriation initiale ou du transfert volontaire de propriété. Au contraire : toutes les revendications de propriété non fondées sur ces principes sont injustes. Concernant l'État d'Israël, créé en 1948 par des Juifs majoritairement européens d'idéal sioniste, ces exigences de justice ne sont manifestement pas satisfaites. On pourrait seulement dire qu'environ 7 % d'Israël actuel a été à juste titre acquis par des Juifs avant 1948, et donc être revendiqué comme propriété légitime. Depuis lors jusqu'à présent, l'établissement et la poursuite de l'expansion d'Israël sont pour la plupart le résultat de l'expropriation, de l'intimidation, du terrorisme, de la guerre et de la conquête contre les résidents alors, pour la plupart arabes de la région de Palestine et les résidents arabes actuels des régions de la bande de Gaza et de la Cisjordanie. Comme l'a dit Hoppe :

"La revendication des Juifs actuels à une patrie en Palestine ne peut donc être faite que si vous abandonnez l'individualisme méthodologique sous-jacent et caractéristique de toute pensée libertarienne : la notion de personnalité individuelle, de propriété privée, de produit et d'accomplissement privés, de crime privé et de culpabilité privée. Au lieu de cela, vous devez adopter une forme de collectivisme qui permet des notions telles que la propriété et les droits de propriété de groupe ou tribaux, la responsabilité collective et la culpabilité collective."

Le point de vue de Milei sur Israël et le conflit en cours est sioniste : il a démontré son engagement envers Israël au moins dès juin 2022 lorsqu'il a promis de déplacer l'ambassade à Jérusalem s'il gagnait. Lors de sa visite en Israël en tant que président, Netanyahou considérait Milei comme "un grand ami de l'État juif" et a été ravi de sa décision concernant Jérusalem. Netanyahou a déclaré qu'ils "défendaient" tous les deux les marchés libres, mais il a dû oublier qu'Israël n'autorise pas la propriété foncière privée (toutes les terres sont "d'intérêt public"), et que le gouvernement israélien interfère avec tout le commerce avec et à l'intérieur de la Cisjordanie et de la bande de Gaza (souvent appelé le plus grand camp de concentration en plein air du monde). Alors que l'"anticommuniste" Milei devrait dénoncer Israël pour avoir imité le manifeste communiste concernant l'interdiction de la propriété foncière privée et critiqué la construction de colonies juives en Cisjordanie, qui ont transformé la Cisjordanie en prisons en plein air non contiguës contrôlées par Israël également, il a en fait apporté un soutien sans restriction à un État qui a opprimé les Palestiniens de presque toutes les manières imaginables pendant des décennies.

Lorsque, en octobre 2023, des membres du Hamas, qui dirigeaient la bande de Gaza, ont attaqué, tué et enlevé plusieurs centaines de soldats et de civils israéliens - bien qu'une partie des victimes ait été le résultat d'un "tir amical" des Forces de défense israéliennes (FDI) - alors, tout libertarien digne de son sel aurait certainement immédiatement condamné de telles atrocités, mais il aurait également immédiatement reconnu et reconnu que l'attaque du Hamas n'était pas plus non provoquée que l'attaque russe contre l'Ukraine. Ils ont tous deux été définitivement provoqués par la conduite des dirigeants politiques ukrainiens et israéliens. Et dans les deux cas, leurs provocations ont été encouragées, soutenues et soutenues par la direction de gang néoconservatrice à prédominance juive aux États-Unis. Plus important encore, tout libertarien engagé dans le principe de non-agression en tant que pierre angulaire du libertarianisme aurait également condamné en termes clairs la réaction d'Israël à l'attaque du Hamas, alors, comme une réponse extrêmement disproportionnée et une atrocité inégalée par son ampleur et sa cruauté par quoi que ce soit d'autre dans l'histoire récente.

Pour les libertariens, le Hamas et l'État d'Israël sont tous deux des gangs criminels. Le premier est un petit gang à petit budget, avec principalement des armes de faible qualité ; le second est un grand gang à gros budget, fortement subventionné par les États-Unis, avec une grande armée et les armes les plus sophistiquées et destructrices disponibles (y compris les bombes atomiques). Le Hamas est un groupe formé en réaction aux décennies de prise de contrôle et d'occupation de la Palestine par les sionistes. Dans ce contexte, les libertariens voudraient souhaiter le pire aux dirigeants des deux gangs et à tous les chefs de gangs d'États étrangers qui apportent leur soutien à l'un des gangs en guerre. De plus, comme dans la guerre entre la Russie et l'Ukraine, les libertariens devraient élever la voix en faveur de la paix et des négociations. Les chefs de gangs devraient être accusés de leurs crimes et faire pression de l'opinion publique pour qu'ils acceptent une trêve immédiate - et toute escalade du conflit armé devrait être évitée.

Comme indiqué, cependant, ce n'est pas ce qui s'est passé. Israël, aidé par les États-Unis et un flot continu de fonds, d'armes et de munitions américains, a riposté avec tout ce qu'il a obtenu. Toute la bande de Gaza a été transformée en décombres et des dizaines de milliers de Palestiniens civils innocents ont été tués par des bombardements, de l'artillerie et des chars d'invasion sous prétexte de défendre Israël contre un groupe terroriste, y compris des milliers d'enfants, qui sont des non-combattants par définition. Et tout cela continue, jusqu'à ce jour, détruisant la vie de centaines de milliers de civils.

Et qu'en est-il de la réaction de Milei à tout cela, alors ? En mars 2024, Milei a défendu tout cela comme "le droit d'Israël à l'autodéfense légitime" et a déclaré que l'attaque du Hamas nécessite des "réponses exemplaires", déclarant également qu'Israël "ne commet aucun excès unique malgré les excès commis par les terroristes du Hamas". En avril 2024, après la réponse iranienne à la politique étrangère israélienne, Milei a de nouveau exprimé sa "solidarité et son engagement inébranlables envers l'État d'Israël face aux attaques lancées par la République islamique d'Iran". Le gouvernement argentin soutient l'État d'Israël "dans la défense de sa souveraineté, en particulier contre les régimes qui promeuvent la terreur et cherchent la destruction de la civilisation occidentale". L'Argentine a adopté une nouvelle politique étrangère basée "sur la défense des valeurs occidentales et une vision commune du monde dans la défense de la vie, de la liberté et de la propriété privée". Pour la nouvelle administration, Israël "est un rempart de valeurs occidentales au Moyen-Orient et la République argentine sera toujours de son côté contre ceux qui cherchent son extermination". Plus tard, lorsqu'on l'a interrogé en mai 2024 sur les manifestations dans les universités américaines en faveur de la Palestine, Milei a doublé en disant qu'il se tenait "du bon côté de l'histoire" (des États-Unis, d'Israël et de l'Occident), et qu'ils utiliseraient "toutes les ressources" pour se défendre contre les terroristes.

Même après tout ce temps, Milei s'est avéré incapable de reconnaître les impulsions génocidaires de plusieurs dirigeants de l'État d'Israël. Scandaleusement, alors qu'il considère le meurtre de l'enfant à naître comme une aberration, les meurtres de masse d'enfants pleinement formés ne semblent pas le préoccuper - sans surprise, le célèbre expert sioniste néoconservateur Ben Shapiro l'aime.

(...)

Je tiens à remercier Hans-Hermann Hoppe pour son aide généreuse apportée dans la rédaction de cet article."

Oscar Grau.

LIEN 


Complot contre les Palestiniens. Par Mgr Théodose de Sébastée.



"Notre devoir partout, où que nous soyons et où que nous soyons, est d'appeler à la fin de cette agression et de cette guerre barbare auquel notre peuple est confronté dans la bande de Gaza.
C'est une tragédie au-delà de toute description et une horrible catastrophe humanitaire, qui s'inscrit dans le cadre du complot contre notre peuple et sa juste cause.
Quant à la ville de Jérusalem, elle est soumise à des politiques et pratiques ternissant ses repères et falsifiant son histoire, contre tous les Palestiniens et la présence chrétienne. De la Nouvelle Porte, en passant par la porte d'Hébron et le quartier arménien, il y a un ciblage systématique de l'ancienne présence historique dans cette ville sainte.
Quant à la Cisjordanie, elle est aussi ciblée : cambriolages, pratiques professionnelles odieuses, arrestations, destructions d'infrastructures, ainsi que d'autres phénomènes agressifs, sont quotidiens en Cisjordanie, sans parler des colons, qui arrivent avec leurs armes d'une manière sans précédent.
En Amérique, on a parlé d'initiatives pour arrêter la guerre, mais nous avons une crise de confiance en l'Amérique : cela fait plus de 30 ans que l'on promet aux Palestiniens un pays dont on n'a rien vu jusqu'à aujourd'hui."
Théodose de Sebastée, archevêque de Sebastée du patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem.

mardi 4 juin 2024

L'ancien directeur du Mossad admet qu'Israël a armé Al-Qaïda et d'autres groupes terroristes au Proche-Orient.

 



Commentaire X de Megatron :

"Cette confession est si grande que beaucoup ne réalisent pas tout ce qu’elle implique.

Israël a provoqué la guerre en Syrie dans le but de chasser Assad du pouvoir et d'installer son propre clown, comme en Jordanie, qui travaillera dans l'intérêt d'Israël et le protégera de l'Iran, de la même manière que la Jordanie l'a protégé des drones et des missiles iraniens, il y a quelques mois.

Cette guerre a provoqué la première vague d’un million de réfugiés vers l’Europe.

Le monde entier a commencé à utiliser cette vague de réfugiés pour rejoindre l’Europe. À partir de cette situation même.

C’est une chose que les Européens qui détestent les immigrés et soutiennent Israël devraient savoir."

Anton LaVey, fondateur de l'Église de Satan, était un fervent sioniste !


Dans The Secret Life of A Satanist, on lit qu'Anton LaVey, fondateur de l'Église de Satan, a travaillé avec des membres de groupes extrémistes sionistes en Amérique pour aider à passer des armes en contrebande à leurs camarades sionistes en Israël.

Ces groupes comprenaient le Betar, le Stern Gang et l'Irgun. Ils ont perpétré des assassinats et des meurtres de masse d’Arabes et de Britanniques en Palestine, organisé l’immigration illégale de Juifs en Palestine, attaqué des infrastructures critiques et bombardé l’hôtel King David. Après la création d’Israël en 1948, les groupes ont été pour la plupart dissous et nombre de leurs membres ont été incorporés dans l’armée israélienne.

Le rôle de LaVey était de se faire passer pour un pianiste pour divers spectacles dans des lieux clés de San Francisco. Son accès à ces endroits lui a permis de contribuer à la contrebande d'armes sur les quais voisins : "Je recevais des lettres d'éloges des organisateurs du spectacle… ils ne savaient pas ce que j'avais fait après leur spectacle", plaisanta-t-il.

Il a également rencontré Assaf Dayan pour discuter de l'importance philosophique de son livre La Bible de Satan en Israël. Assaf était le fils du légendaire ministre israélien de la Défense Moshe Dayan et travaillait à l’époque comme une "célébrité" aux États-Unis. LaVey a décrit sa rencontre avec Assaf au cours de laquelle ils ont discuté de la signification philosophique de La Bible de Satan en Israël :

"Il était ravi du livre et était d'accord avec tout ce qu'il contenait. Il a dit que c’était exactement la philosophie que les sionistes pratiquaient et étaient forcés de pratiquer en Israël. Il m’a invité à rester dans sa maison familiale à Tel Aviv quand je le souhaitais."
Tout en travaillant avec des groupes sionistes "de droite" pour introduire davantage d'armes en Israël, LaVey était également ouvertement favorable aux efforts communistes juifs en Amérique et utilisait ouvertement son Église de Satan comme un véhicule contre-culturel par lequel il pouvait saper valeurs morales traditionnelles en Amérique. Il est devenu de plus en plus actif à Hollywood et a collaboré avec Alvah Bessie, membre du Parti communiste, un scénariste juif "de gauche" influent pour Warner Bros.

À noter que LaVey percevait la télévision comme un excellent outil pour introduire des courants sataniste dans la vie culturelle américaine, déclarant : "Beaucoup d'entre vous ont déjà lu mes écrits indiquant que la télévision est le nouveau dieu. Il y a une petite chose que j’ai négligé de mentionner jusqu’à présent : la télévision est la principale infiltration de la nouvelle religion satanique."

lundi 3 juin 2024

Judéo-christianisme ? Des gardes israéliens ordonnent à un prêtre de ranger sa croix parce qu’elle est offensante.

 

Le président de l'Institut Mises, Thomas DiLorenzo, prend la plume pour dégommer Walter Block qui défend les massacres israéliens.

Thomas DiLorrenzo

(...)

"Au cours des huit derniers mois, Walter Block a abandonné les principes du libertarianisme en ce qui concerne la guerre avec son soutien total aux crimes de guerre commis par le gouvernement israélien en ciblant et en tuant intentionnellement des dizaines de milliers de civils, y compris des femmes, des enfants et des bébés à Gaza. (Un vrai libertaire américain soutiendrait que la guerre d'Israël, et la guerre de l'Ukraine avec la Russie, ne sont pas nos affaires, point final).

Walter Block est ce que Ryan McMaken a appelé un "microlibertaire". Il semble libertarien lorsqu'il s'agit de légaliser la drogue et la prostitution, mais sur la grande et primordiale question de la guerre, il est devenu un défenseur avert des crimes de guerre commis par le gouvernement israélien.

Walter Block

Walter Block a toujours été « pro-Israël » et personne au Mises Institute, nommé d'après le fils d'un rabbin juif et cofondé par Murry Rothard, un juif de New York, n'y a jamais réfléchi. Il n'est plus un chercheur principal non rémunéré au Mises Institute, non pas parce qu'il est "pro-Israël", comme l'ont affirmé certains commentateurs mal informés ou malhonnêtes. C'est parce que le Mises Institute ne peut pas être associé à un défenseur public aussi connu, prolifique et public du ciblage et du meurtre intentionnels de femmes, d'enfants et de bébés palestiniens.

Israël a tout à fait le droit de se défendre contre de futures attaques barbares de la bande de voyous meurtriers connu sous le nom de Hamas - et de n'importe qui d'autre - mais c'est une question tout à fait différente d'avoir un "droit" de commencer une campagne de génocide contre la population civile de Gaza, comme cela s'est produit ces derniers mois - accompagné du soutien presque apoplectiquement enthousiaste de Walter Block.

Walter « justifie » le meurtre de masse de civils en invoquant une théorie de la punition collective, ce qui a été interdit par la quatrième Convention de Genève. Écrivant dans le Wall Street Journal, lui et un co-auteur nous ont fait la leçon que "L'Occident" doit soutenir "une utilisation écrasante et sans précédent de la force militaire" et que "Hamas est et sera responsable de toute victime civile". Ce ne sont pas les bombes fournies par le gouvernement américain à Israël et larguées sur les zones peuplées de civils qui sont responsables de la mort de civils, écrivent-ils, mais le Hamas. Israël doit faire "tout ce qu'il faut" pour vaincre le Hamas, et leurs écrits ultérieurs prouvent sans aucun doute que cela inclut le crime de guerre de cibler et de tuer des civils.

L'Occident, disent-ils, a le "devoir moral" de "soutenir Israël" dans son effort pour "faire tout ce qu'il doit pour mettre fin à cette guerre le plus rapidement possible, avec un minimum de victimes civiles et militaires de son côté" (est-il souligné). C'est-à-dire un minimum de victimes civiles israéliennes, mais au diable de s'inquiéter des victimes civiles palestiniennes. C'est de la morale ?

Walter a écrit plusieurs articles belliqueux sur un site Web israélien appelé Israel Hayom. L'un d'eux est intitulé "Lettre ouverte aux "Enfants de Gaza" dans laquelle il confond les meurtriers du Hamas avec TOUS les parents à Gaza. "Vos parents", écrit-il, "ont lancé une attaque méprisable et injustifiable le 7 octobre" où "de nombreux enfants israéliens ont été mutilés, tout comme vous l'êtes maintenant ; beaucoup d'autres ont été massacrés, le sort de trop d'entre vous, les enfants de Gaza". En disant cela, il a versé un océan de larmes de crocodile.

Bien sûr, c'est un non-sens et un mensonge de dire que TOUS les parents de Gaza ont participé à l'attaque meurtrière contre Israël le 7 octobre 2023. Il est sans cœur, cruel et sociopathe de dire à ces enfants que ce ne sont pas les bombes israéliennes/américaines qui les mutilent et les tuent, mais leurs propres parents. Dans une "société morale et juste", écrit Walter Block, notre nouveau pape autoproclamé de la moralité et de la justice, "vous seriez enlevé à vos mauvaises mères et à vos pères". Oui, et placé sous les tendres soins affectueux de Tsahal et du Mossad dans un camp de concentration construit juste pour vous.

Dans le même article, Walter attache deux caricatures pour le plaisir des enfants de Gaza. L'un est d'un "combattant du Hamas" tenant un bébé devant lui comme un bouclier. "Cela décrit avec éloquence la façon dont les Gazaouis adultes traitent leurs enfants : ils ne vous protègent pas, ils vous mettent en danger", écrit-il. Notez que Walter affirme à nouveau que TOUS les parents de Gaza se comportent comme ça, pas seulement les "combattants du Hamas". "Les parents israéliens aiment leurs enfants, dit-il, "même si l'on ne peut pas en dire la même chose de vos mères et de vos pères." Comme c'est méprisable d'adresser de tels commentaires aux enfants.

Dans une approbation claire et complète du meurtre "juste et moral" d'enfants de Gaza par le gouvernement israélien, Walter écrit ensuite que "Vos blessures et vos décès sont ce qu'on appelle des dommages collatéraux. C'est très regrettable, mais c'est la seule façon pour Israël de se défendre" et est donc justifié dans l'esprit de Walter Block. Walter Block est donc un facilitateur du pire type de crimes de guerre : le meurtre intentionnel d'enfants.

Dans la tradition des grands comédiens juifs américains, Walter conclut sa correspondance avec les enfants de Gaza avec deux vraies gifles de genoux. Il leur dit qu'Israël ne veut que ce qu'il y a de mieux pour le peuple de Gaza. "Leur souhait le plus cher était que Gaza devienne le Hong Kong du Moyen-Orient." Et puis il se termine par la ligne de l'Holocauste, "Jamais plus jamais", comme si c'était Israël et non la Palestine qui était soumis à une tentative de génocide. Bon sang, Walter !

Walter Block ment à sa propre revendication que tous les parents de Gaza sont terroristes lorsqu'il écrit ailleurs sur la façon dont le Hamas (créé par Israël, soit dit en passant, comme un concurrent à Al-Qaïda) lance des attaques de roquettes sur Israël à partir des environs des écoles. Ce faisant, il admet par inadvertance que c'est le Hamas qui met en danger les enfants palestiniens, pas tous leurs propres parents.

Il semble maintenant, soit dit en passant, qu'il n'y ait que la preuve qu'un enfant israélien a été tué le 7 octobre - dans un feu croisé - lors de l'attaque sanglante du Hamas contre Israël. Aucune preuve n'a émergé des histoires bizarres et sensationnelles de la décapatation d'enfants israéliens et de leur cuisson dans des fours, comme l'ont affirmé les gouvernements israélien et américain.

Au moment de la rédaction de cette rédaction, il n'y avait que deux commentaires sur l'article de Walter dans la section des commentaires du site Web. L'un était louable et probablement le travail d'un piratage du gouvernement israélien ou de F.O.W. (ami de Walter), mais l'autre a dit : "Vous devriez pourrir dans une cellule de prison de La Haye pour cela". Commencez-vous à comprendre pourquoi Walter n'est plus un senior non rémunéré du Mises Institute ?

Les crocs de Walter sortent vraiment dans une autre chronique d'Israël Hayom intitulée "No More Pauses". Cette fois, il critique le gouvernement israélien pour avoir accepté une pause humanitaire dans tous les bombardements et les meurtres. Il fait l'éloge des actions de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale en ne faisant pas de pause, mais en bombardant le feu de Dresde, en Allemagne, en les ayant "mis en morceaux", suggérant que c'est ce que le gouvernement israélien devrait faire à Gaza. Il conclut par la demande dogmatique de : "Plus de pauses. Plus de nourriture. Plus de médicaments. Plus d'électricité. Plus d'eau." Et beaucoup plus de mort dans la population civile, en particulier les nourrissons et les personnes âgées, apparemment le plus grand souhait de notre nouveau pape autoproclamé de la moralité et de la justice.

Dans un autre article d'Israel Hayom intitulé "Backstabbing Israel", Walter s'intéresse à un autre type de pause. Cette fois, il se plaint amèrement de la pause de l'administration Biden dans l'envoi d'autres bombes en Israël pour être larguées sur la population de Gaza, qualifiant cela de "trahison". Il est donc tout à fait favorable à l'utilisation des pouvoirs du gouvernement américain en matière de vol légalisé (alias fiscalité) pour payer plus de bombes pour Israël. Quoi qu'il en soit, que la liberté et le libertaranisme soient damnés. Cela seul devrait le disqualifier en tant que libertarien, peu importe le nombre d'articles ou de blogs microlibertaires sur le bon vieux temps des réunions libertaires qu'il publie sur Internet à l'avenir.

Au moment d'écrire ces lignes, il y a des informations selon lesquelles jusqu'à un million de personnes ont été rendues sans abri par le bombardement israélien de Rafah dans le sud de Gaza. Des milliers d'autres civils auraient également été tués. Il y a maintenant un million de réfugiés sans-abri supplémentaires qui errent à la recherche de nourriture et d'un abri.

Avant l'invasion de Rafah, Walter Block a exprimé ses fustrations dans un article d'Israël Hayom intitulé "nvahir Rafah maintenant !" Il a exprimé son exaltation, cependant, que "le Premier ministre héroïque Netanyahou" avait fixé une date pour l'invasion, déclarant que "Si ce n'est pas courageux, rien n'est courageux". Heil Netanyahu !

(...)

Thomas DiLorenzo.

LIEN

mardi 28 mai 2024

Chrétien et sioniste ?


"Il n'y a pas de christianisme sioniste.
Soit tu es chrétien, soit tu es sioniste."
Théodose de Sebastée, 
archevêque de Sebastée 
du patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem.

dimanche 26 mai 2024

Ferme condamnation par le Mises Institute du massacre commis par Israël en Palestine, et de ceux qui le soutiennent.


Quelques zozos ont tenté de soutenir Walter Block, jadis éminent libertarien, devenu sioniste fanatique en écrivant un livre à la gloire d'Israël préfacé par Benjamin Netanyahou, vivement condamné par le Mises Institute ou Hans-Hermann Hoppe.
Voici la réponse que leur donne Thomas J. DiLorenzo, président du Mises Institute :
"(Block) soutient les crimes de guerre et les meurtres de masse de civils, très clairement et dans le Wall Street Journal et ailleurs. Il a également préconisé l'exécution de personnes qui refusaient de se faire vacciner contre le covid. Ce n'est pas "son point de vue sur Israël", mais son soutien aux crimes de guerre qui est intrinsèquement incompatible avec notre mission. Il a de nombreux "points de vue sur Israël" car il est incapable d'arrêter d'écrire et d'en parler et à peu près tout le reste d'ailleurs. (...) Nous ne pouvons pas être associés à un partisan franc des crimes de guerre et des meurtres de masse. Il ne fait pas du tout de distinction entre les meurtriers du Hamas et la population civile de Gaza, et applaudit les bombardements sur tapis de toute la région qui a tué des milliers de femmes, d'enfants et de bébés."

Avis aux libertariens de France et du monde (l'Argentine au hasard) qui n'ont pas le courage de dénoncer l'épuration ethnique commise par les Israéliens sur les Palestiniens, laquelle prend la forme d'un génocide.