BLOG DES AMIS DE PAUL-ÉRIC BLANRUE --- ARCHIVES, ACTUALITÉS, PROSPECTIVES --- DÉMYSTIFICATION ET CONTRE-HISTOIRE

vendredi 28 août 2015

Lettre ouverte à Yann Moix, en souvenir de Sacha Guitry, Charles Péguy et Robert Faurisson. Avec un document inédit, qui change toute l'histoire.


Lettre ouverte à Yann Moix,
en souvenir de Sacha Guitry, Charles Péguy et Robert Faurisson


Paris, le 28 août 2015.

Mon cher Yann,

Te souviens-tu du début des années 2000 ? Tu étais prix Goncourt du premier roman pour un livre que seuls de vieux cons avaient aimé, et moi je finissais mon cycle de dix ans de yoga zététique avec Henri le Niçois, qui avait fait son temps. Courant d’une émission l’autre, on se croisait parfois dans les couloirs de la maison de la Radio sans jamais s’adresser la parole. Ton crâne préhistorique ne prédispose pas au bisou baveux et la morgue que j’affiche envers les bons élèves du système nous offrait peu de chance de nous asseoir l’un à côté de l’autre pour discuter de l’air du temps et de la révolution qui vient.
Mais il y eut la nuit. Et à Paris, la nuit est un autre jour ! Tentant de rattraper des années perdues à tournoyer avec les feuilles mortes dans les brumes automnales des marches de l’Est, je m’étais transformé en rapace nocturne. Ce soir de 2001, j’avais été convié à un raout privé, une sauterie parisianiste “littérature et pique-assiette” dans une boîte chic située à deux pas du Palais-Royal. Comme je n’aime pas perdre mon temps, j’avais aussitôt entrepris d’accoster deux apothéotiques Noires qui se déhanchaient sur la piste de danse telles des panthères narguant un safari, face à un Arno Klarsfeld ébouriffé et quelques noceurs en sueur, quand je vis accoudé au bar une espèce de Néandertalien semblant se raser sec en compagnie de lui-même : ce n’était autre que toi, mon Yannou !
Sur divers forums du Net, j’avais eu l’occasion d’écrire sans me brider ce que ton personnage m’inspirait. Après une courte expertise de ton cas, il en résultait que je ne te savourais guère ; en outre, l’un de tes passages dans l’émission “Tout le monde en parle” de Thierry Ardisson au cours de laquelle tu avais répondu de but en blanc à des questions dont tu connaissais manifestement la teneur à l’avance ne m’avait franchement pas plu. C’était une manière facile et vulgaire de briller ; je méprise les artistes qui trichent tandis que j’apprécie la spontanéité en toute circonstance. L’occasion était en or : je délaissai provisoirement mes trémoussantes beautés africaines pour venir t’exposer en face mon appréciation de ta vie et de ton oeuvre :
- Salut ! Je n’aime pas du tout ce que vous faites !
Tu posas ton verre sur le comptoir et me dévisageas d’un air intrigué. Prenant garde de ne pas créer un scandale inutile qui m’aurait valu une fâcherie avec les demoiselles court-vêtues dont je venais de vanter l’érudition, j’avais pris soin d’afficher mon plus large sourire ; provocateur, oui, mais magnanime ! Interpellé, tu pris ma remarque tranchante pour ce qu’elle était au fond : une manière originale d’engager la conversation autour de minuit. Tu t’enquis de mon nom. Ton visage rayonna soudain. Blanrue ! Ah, sacré Blanrue  ! C’était donc lui, ce fichu troublemaker !
Je n’étais pas un inconnu dans la maison. Marc-Édouard Nabe alors en exil à Patmos, en Grèce, pour écrire un espéré chef d’oeuvre, Nabe notre vieil ami commun que nous fréquentions à tour de rôle rue de la Convention, Nabe, l’amant de la Déesse aux yeux pers t’avait confié peu de jours auparavant par téléphone tout le bien qu’il pensait de ma modeste personne (c’était une autre époque !). Pour toi, l’auteur du Régal des vermines était un demi-dieu, un classique vivant de la littérature française, dont la moindre phrase jetée à l’écrit comme à l’oral valait à elle seule plus que toute l’oeuvre intégrale reliée en cuir pleine-peau de BHL, même si ce dernier t’avait pris sous son aile protectrice depuis tes vingt ans après la singulière comédie que tu lui avais jouée sans honte en bon Rastignac orléanais que tu es.
Tu me concédas sans peine qu’à ce jour tes rédactions imprimées ne valaient pas tripette à tes propres yeux et tu t’en trouvais fort marri. Être apprécié par des ploucs pour des numéros de claquettes médiatiques ne te satisfaisait pas, tu voulais à tout prix que l’on te louangeât pour ton génie auquel tu commençais à croire depuis que ton éditeur Jean-Paul Enthoven t’avait assuré que tu en possédais un grain. Tu proclamas fièrement que tu travaillais d’arrache-pied à un projet d’ampleur, agrémenté d’un style nouveau, inspiré non plus, comme tu en avais coutume, de celui de Marcel Proust mais de celui de Frédéric Dard. Tu désirais te lancer dans le feuilleton populaire. San Yannantomoix ! Si tout se passait comme prévu, tu étais bien décidé, et à raison, de réaliser un blokcbuster grâce à ce filon, avec Benoît Poelvoorde dans le rôle-titre. Quel défi !
Il ne faut pas que j’oublie de signaler qu’au cours de cette première discussion, j’avais sorti de la poche intérieure de ma veste aussi noire que ma chemise un objet kitch que je venais de chiner dans un tabac de la place San Stefano à Venise : un briquet portant l’effigie du Duce. Dire que tu t’en effarouchas serait très exagérément ternir la vérité ! Ce truc rigolo fut au contraire l’une des attractions de la soirée, l’autre étant le décolleté pigeonnant de nos fraîches amies que nous reluquions sous les volutes de fumée tels des lions affamés (chose assez logique au demeurant car la devise collée sur le briquet n’était autre que : “Meglio vivere un giorno da leone, che cento anni da pecora[1]).
Je te présentai l’une de mes neuves et provisoires conquêtes - car avant d’être un “prédateur sexuel”, comme je l’ai lu récemment dans Closer, tu étais en ce temps-là incapable d’adresser la parole à une inconnue, et longtemps je fis la navette entre toi et la grisette -, et quelques jours plus tard tu me fis lire une version tapuscrite de ton roman Podium, m’assurant que j’étais le premier lecteur dont tu réclamais la vigilante critique. Je fus aussitôt saisi d’admiration et te félicitai chaudement ! Ce n’était pas du Céline, bien sûr ; toutefois il y avait dans les lignes que j’avais lues de la verve, du rythme, des intonations berurières, un bon paquet de joyeuses trouvailles et de tournures innovatrices. Bien mieux, il y avait une patte ! Tu avais réussi ton pari : se faire tordre de rire ton lecteur en le tenant en haleine moyennant une histoire construite autour d’un thème sociétal qui passionnait le populo du début du millénaire, les sosies de vedettes. Je me moquais pas mal de Claude François et de ses tubes tartes, mais la manière dont tu traitais le sujet changeait délicieusement de l’atmosphère cucul de tes poussives Jubiliations vers le ciel ! Les compliments non feints provenant d’un lecteur aussi difficile à contenter que moi te touchèrent au coeur.
Nous devînmes proches, puis, notre passion commune pour Charles Péguy aidant, amis et intimes, passant, durant des années, la plupart de nos après-midis ensemble ainsi que les fêtes de fin d’année. Rationaliste mais superstitieux, il te prit même de me considérer comme un porte-bonheur : un Nouvel An en ma compagnie était, disais-tu, gage de réussite professionnelle pour les douze mois suivants ! Te souviens-tu de celui qui eut lieu dans mon appartement du 18e arrondissement où, avec Laurence Remila, nous passâmes le réveillon à traquer sur le Net d’anciennes couvertures de Blek le Roc ? On m'a informé que Laurence est depuis devenu rédacteur en chef de Technikart et que tu t’es laissé aller dernièrement, lors d’une interview, à répandre des méchancetés sur mon compte.  Ce n’est pas joli.
Nos discussions tournaient principalement autour des filles (draguées, manquées, aimées, épuisées!), de Sacha Guitry (que je te fis connaître malgré tes réticences avant l’un de tes départs pour le Brésil), de Marcel Baudouin, Céline, Carl Barks, Georges Cziffra (à la science pianistique duquel je t’initiai), Cosmo Kramer et George Costanza, Martin Heidegger, Larry David, Ricky Gervais, Hitler, Maximin Giraud dit Mémin, Kennedy, Christian Godard, Gérard Majax et Sylvain Gary, Benny Lévy, Fernandel, Lucien Rebatet, Alphonse Daudet et Paul Arène, Chesterton et Hilaire Belloc, et puis de nos villes d’élection São Paulo et Venise, de l’intégralité des émissions d’ “Apostophes” et des “Archives du XXe siècle” disponibles sur l’INA, et encore de tout le petit monde étriqué de l’édition que tu exécrais tout comme moi.
Il faut être sincère : j’ai rarement vu quelqu’un ayant la tête aussi peu politique que toi. De toute évidence, tu n’étais pas un vitupérant gauchiste, puisque Le Pen ne te déplaisait pas, mais tu étais dénué d’idéologie et de parti pris dogmatique. À tel point que certains des sujets délicats que j’abordais en exerçant ma liberté sans complexe faisaient briller tes yeux comme des De Beers. En t’observant, on pouvait parier que ce n’est pas dans les locaux de La Règle du jeu que tu en entendais de pareilles ! Je mentirais si je disais que le souvenir du fameux briquet de la République sociale italienne était absent de nos conversations. Je crois bien qu’il finit par atterrir dans ta poche. Qu’en penses-tu ? Comptes-tu me le rendre un jour ?
Je m’amusais souvent à t’expérimenter, te conduisant sur un terrain glissant, t’encourageant par mes remarques enthousiastes à suivre le cours de tes réflexions devenues sulfureuses malgré toi ou te lançant des perches afin de t’inciter à sauter plus haut que tu ne l’eusses fait sans ma pernicieuse présence - un saut périlleux que tu parvenais souvent à réaliser à ma grande joie (et à la tienne) !
En quelque sorte, j’étais devenu ta bonne conscience : tout ce qui t’était interdit de dire en public du fait de ton statut d’israélophile encarté et de tes relations bobos castratrices, tu me le lâchais en privé ou me le faisais assumer en riant à gorge déployée à mes tirades transgressives. Docteur Yann et Mister Moix ! Je t’offrais la possibilité de vivre quelques heures par jour la vie que tu aurais voulue mener si la Shoah n’était pas devenue une religion et d’exprimer en cachette les propos que tu aurais aimé tenir si tu n’avais pas choisi la voie du succès contre le monde du silence.
Par surcroît, j’étais un témoin insigne de ton être intérieur, te permettant de t’endormir chaque mauvaise nuit en pensant qu’il existait au moins un type sur terre comprenant qui tu étais vraiment, sachant ce que tu pensais au fond de toi quand tu cessais d’être un schizophrène de profession et que tu ne t’abîmais pas dans des capucinades échevelées inventées pour satisfaire tes mentors et tes mécènes ou impressionner un fade public, les branchés sans électricité et autres demi-soldes de la culture. Beaucoup de nos relations communes te prenaient pour un mou salaud, un opportuniste ayant vendu son âme au diable pour réussir dans le métier, mais ce bon vieux Blanrue savait que ton âme n’était pas si noire qu’elle paraissait et n’ignorait pas, en vrai zététicien, que certaines apparences sont trompeuses ! Je contribuais ainsi à te sauver à tes propres yeux, et, un jour, peut-être l’espérais-tu, devant l’histoire (c’est ce que je suis en train de faire en ce moment-même).
Ai-je dit que je t’avais également chuchoté dès l’origine que j’étais un ami personnel de Robert Faurisson ? Non ? Alors c’est le moment de rappeler cette histoire à ton bon souvenir, ne crois-tu pas ? Rencontrant régulièrement le professeur à Vichy ou lors de ses venues dans la capitale, correspondant avec lui au quotidien par e-mail, je n’ai jamais été, tu l’admettras, du genre à me cacher devant toi de la proximité que j’entretenais avec cette sulfureuse personnalité qui avait, d’ailleurs, peu de secrets pour toi (nous en reparlerons un jour, dans mes mémoires, si Dieu me prête vie). Je ne suis pas cachotier et m’épanche sans souci sur cette affaire du moment qu’on me le demande gentiment. Or non seulement tu me le demandais, mais tu en redemandais, mon Yannou, et combien goulûment ! Qui en était ? Qui n’en était pas ? Ça te passionnait ! C’était amusant, n’est-ce pas, de deviser de la Chose interdite entre toutes, confortablement assis à l’ombre des platanes des Hortensias en fumant un D4, entre une blague sur les “chtrols” et un panégyrique de Mylène ou d’Elsa ? Yann Moix, bras droit de BHL, s’exposant chaque jour en terrasse avec un proche de celui que ses employeurs sionistes et toute la France officielle tenaient pour le parfait salaud, l’homme à abattre, l’assassin toutes catégories confondues de la Mémoire, l’immonde raclure dont le nom ne devait jamais être prononcé sous peine de mort sociale, ça avait de la gueule ! On les emmerdait bien, pas vrai ?
Je dois admettre que jamais il ne te prit l’idée de me recommander la discrétion à ce propos. Peut-être pensais-tu que j’étais aussi apeuré que toi à l’évocation publique du révisionnisme et considérais-tu que tu étais le seul de mes amis à obtenir de moi des confidences d’une si étrange nature. Je me rendais bien compte que tu changeais brutalement de sujet lorsque l’une de tes relations professionnelles, oeil torve, bouche lippue et bas-du-cul, déboulait à notre table ; j’avais déjà noté chez toi une propension certaine à la lâcheté. Ce nonobstant, je me souviens qu’un jour, tu m’assuras que si par malheur l’on me lynchait en raison de ce voisinage scandaleux, je pouvais compter sur toi, craché, juré. Tu répétas à plusieurs reprises, pour te convaincre toi-même sans doute, que tu demeurerais fidèle à notre amitié même si le ciel d’Israël venait à se fracasser sur ma pauvre tête de goy vénitien privé de ghetto.
Je ne te crus pas ; la préface que tu consentis à écrire pour Le Monde contre soi – Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme paru aux éditions Blanche en 2007 me fit penser, un moment, que je t’avais soupçonné à tort d’être le porteur d’une paire de couilles en verre de Murano. Hélas, l’avenir donna raison à mon instinct.
Il y eut pour commencer l’affaire de la pétition contre la loi Gayssot en 2010. Nous avions longuement parlé de cette dégueulasserie liberticide et tu partageais mon sentiment, mon exaspération. Le Parlement n’a pas à écrire l’histoire, punto finale ! Dans aucun pays totalitaire, jamais, une telle loi n’avait été osée ; les dictateurs les plus sanguinaires eux-mêmes, de droite comme de gauche, n’y avaient point songé. Mais depuis le 13 juillet 1990, dans le pays de Voltaire et de Céline, à cause d’un député stalinien et d’un Fabius aux mains sanglantes, tout opposant à cette foutue législation était tenu pour un partisan du génocide ! L’histoire n’était plus libre mais cadenassée, la pensée était verrouillée sans que personne ne réagisse. Pour fissurer le mur du silence et de la peur, je m’étais juré de monter un jour au créneau, au risque de me prendre une flèche dans les côtes et de briser dans l’oeuf ma carrière historique, littéraire et cinématographique. Connaissant le fond de l’affaire, tu m’avais approuvé sans réserve.
L’emprisonnement de Vincent Reynouard au mois de juillet 2010 me décida de franchir le pas. Le 10 août, je lançai la pétition sur Internet, une première dans l’histoire. Pour ne pas mettre les signataires dans l’embarras et rester neutre, j’avais tenu à spécifier qu’il ne s’agissait pas “de soutenir les idées de Vincent Reynouard mais de défendre son droit à les exprimer”. Je me consacrai seul à cette mission durant des mois. Je fis le tour de mes relations : Jean Bricmont fut le premier à m’apporter son amical soutien. Noam Chomsky nous appuya ; le cofondateur d’Apple Steve Wozniak, des libertaires, des gauchistes, des journalistes comme ton vieux pote Dominique Jamet, et bien sûr des révisionnistes, tous m’adressèrent leur paraphe sans barguigner. Jour après jour, je te tins informé de l’évolution de l’affaire.  Ah, ça t’aguichait !
Devant cette vague montante de protestations, je te sentais de plus en plus détendu et enhardi. Il était patent que BHL et sa cour de laquais te sortaient par les narines et qu’à quarante piges tu ressentais la marque du collier comme une injure faite à ta qualité d’être humain. C’était pour toi l’occasion rêvée de leur faire la nique et de t’évader de la prison dorée dans laquelle tu croupissais, avec vue imprenable sur la mer Morte.
Je n’osais y croire, mais je jouais le jeu et te fis faire de bonne grâce le tour de quelques-uns de mes soutiens. Tu tins à rencontrer Dieudonné à qui j’avais naguère présenté Faurisson. Je fis les présentations lors d’un dîner qui se déroula au théâtre de la Main d’Or, le 31 juillet 2010. Tu avais ri aux éclats en assistant à son spectacle “Mahmoud”, dans lequel un sketch hilarant porte sur un faurissonien pleutre éprouvant une telle trouille d’être placé sur écoute qu’il suspecte un chat de l’espionner. Pas une seconde je ne t’ai senti gêné, réticent, sur tes gardes. Après le show, entre toi et Dieudo le courant passa immédiatement au point que tu insistas, levant ta coupe de champagne, pour lui décerner un brevet d’anti-antisémitsme et le féliciter chaleureusement de son talent dépourvu du moindre soupçon de haine.
Je te mis également en rapport avec mon avocat, Maître John  Bastardi Daumont, de Nice, qui avait rassemblé, depuis qu’il avait fait relaxer Faurisson pour l’affaire du Zénith, une abondante documentation critique sur la loi Gayssot, perforant et creusant chacune de ses failles. Tu étais tellement emballé que tu voulus l’inviter lors d’un congrès de l’UEJF afin qu’il y expliquât les précieuses raisons devant inciter tout homme doué d’intelligence à rejeter la turpide loi communiste. Ce dessein ne vit pas le jour. Pourquoi ?
Parce que, mon Yannou, lorsque je publiai à l’automne la liste des noms des premiers signataires de ma pétition, liste sur laquelle figurait le tien, tu te déballonnas dans un bruit de coussin péteur. Dans les moments de peur panique, on devient vite couard, et tu ne fis pas exception à la règle. Félonie pour félonie, autant aller au bout et dénier à son cerveau la possibilité d’avoir eu de coupables pensées ! Tu ne pris pas même soin de m’appeler personnellement, comme un grand garçon, pour m’exposer les raisons d’une dérobade que j’eusse pu comprendre ; non, tu fis les choses à distance, par l’intermédiaire de la petite Maria, ta fiancée canal historique que tu avais propulsée secrétaire de BHL. Cette jeune et pimpante Brésilienne, que j’avais aidée jadis à obtenir la nationalité française, me récita avec maladresse la leçon d’épouvante que tu lui avais apprise, laquelle fit à mes oreilles le bruit d’une vesse de truie :
- Paul-Éric, Yann n’a pas pu signer ta pétition, toute sa vie est consacrée à la lutte contre l’antisémitisme !
La forme que prit ta méprisable fuite me sidéra. Se tapir dans le plus blanc des silences, engager un fusible féminin pour m’attendrir, tout ce mauvais cinoche de planqué pour ne pas oser affronter mon regard : quel écroulement moral ! Quel effondrement ! Tout fut bon pour assurer ta défection en rase campagne. Plutôt passer pour le roi des poltrons que d’avoir à m’expliquer que tu avais fait sous toi.
Comme tu avais touché le fond, tu ne t’arrêtas pas à ce niveau d’indécence. Tu n’avais plus rien à perdre. Tu devais tout brouiller et transformer l’histoire en la retournant comme une chaussette. Devenir en quelque sorte négationniste ! Tu entrepris d’inverser les rôles. Puisque tu n’étais pas l’imposteur, il fallait bien qu’il y en eût un, et il était tout désigné : moi !
Le 2 novembre tu rédigeas "une mise au point" sur le site de La Règle du jeu dans laquelle tu racontas - espèce de ladre - que je t’avais piégé. Piégé ! J’ai été contacté il y a quelques jours au sujet d’une pétition contre la loi Gayssot dont Robert Badinter devait être le signataire vedette. On m’a promis un Robert (Badinter) mais, hélas, j’ai découvert un tout autre Robert, in fine, sur la liste :  Faurisson !” écrivis-tu.
Sous la pression de ton entourage israélien, le trouillomètre était remonté de plusieurs degrés. La maison BHL tremblait sur ses fondations.
Tu poursuivais ton articulet en ces termes : Je n’admettrai d’aucune manière (…) que mon nom figure sur une pétition signée par M. Faurisson ou par quelques autres sires de moindre notoriété mais de même acabit. Je n’accepterai jamais (…) que mon nom soit associé à quelque démarche visant, de quelque manière que ce soit, à réhabiliter ou banaliser le révisionnisme.”
Tout le monde ne tomba pas dans le panneau. Surpris de ta réponse qui avait une odeur de couche-culottes pleines, les journalistes Abel Mestre et Caroline Monnot, du blog Droite(s) extrême(s) du Monde, menèrent une enquête dont voici la conclusion : “Le problème est que la vérité semble différente. En effet, vérification faite avec Google-cache (la mémoire du moteur de recherche), une phrase figurait initialement dans le papier de Moix expliquant son opposition à la loi Gayssot. Or, cette phrase primordiale a été retirée depuis. La voici: "J’ai signé une pétition en ce sens, sur laquelle figurent évidemment, figurent logiquement, mes pires ennemis et les ordures les plus avérées". Cette phrase tendrait donc à montrer que contrairement à ses assertions, M. Moix connaissait l'identité de certains signataires de cette pétition.” Et parmi ses signataires : Robert Faurisson, dont il disait n’avoir jamais vu le nom au côté des autres !
Durant un an, nous ne nous adressâmes plus la parole. À quoi bon reprendre une discussion qui n’avait pas commencé ? De mon côté, je me doutais que tout essai d’éclaircissement de ta part ne me convaincrait oncques. J’avais reniflé derrière tes phrases auto-justificatrices un goût de mort. Et puis il y avait trop de mauvaise foi dans tout cela.
Vint septembre 2011, mois où sortit officiellement sur le Net le documentaire que j’avais réalisé sur Faurisson un an auparavant. Tu en étais bien informé, à nouveau, puisque c’est toi qui m’avais donné l’idée du titre avant notre querelle. Nous avions d’abord espéré en faire un livre. À cet effet, tu m’avais présenté à Philippe Sollers au bar du Montalembert, à côté de Gallimard, dans l’espoir qu’il tentât avec moi un coup à la Jonathan Littell sur lequel j’avais publié une étude chez Scali. Les temps étaient mûrs, pensions-nous. Mais le jour dit tu n’osas pas franchir le Rubicon et j’en restai à conseiller au directeur de L’Infini qui fixait le fond de son verre de J&B en comprenant mal ce que je foutais là, la lecture d’une excellente interview de Mahmoud Ahmadinejad dans Newsweek.
Ce film unique en son genre était la suite logique de ma pétition. Je t’avais envoyé des photos du tournage à Vichy en temps réel, en particulier les lieux d’habitation et de travail de ton héros François Mitterrand, le Florentin champion du monde de retournements de veste. La chemise rose que portait le professeur lorsque je l’interrogeai dans les rues de l’ancienne ville de l’État français t’avait beaucoup plu.
Le temps avait passé : ce documentaire aurait dû sortir en DVD, mais le sort en décida autrement et il figurait désormais, sous-titré en plusieurs langues, dont l’arabe et le croate, sur un site dédié.
Le 5 octobre 2011 je t’en fis parvenir l’adresse URL. Tu me répondis comme si nous nous étions quittés la veille. La tension était retombée. L’anecdote portant sur le surnom dont le jeune Faurisson était affublé (“Menon”) te fit bien rire. Je te proposai d’en causer en terrasse de notre café habituel, en compagnie d’un havane. Tu acceptas derechef.
- On parlera de ton documentaire qui est vraiment très bon. Enterrons la hache de guerre, lanças-tu.
Nous nous revîmes sans évoquer notre mésentente. La faute était oubliée, loin derrière nous. Le ressentiment n’est pas mon genre (mais la justice, si).
- Il reste 5 heures de rushes, j’attends qu’un producteur israélien me donne 10 millions pour lancer le DVD complet, te dis-je.
Nous rîmes de bon coeur, nous moquant, moi de l’Iran, toi d’Israël. C’était reparti comme au bon vieux temps !
Jusqu’au printemps 2013, où tu m’annonças au même endroit et d’une voix terne que tu ferais “tout, absolument tout” pour obtenir le prix Renaudot. Je compris aussitôt ce qu’il allait advenir. Six mois plus tard tu l’obtenais pour ton roman Naissance (Grasset), à la genèse duquel j’avais assisté, étape par étape. Contrairement à la coutume, je ne figurais pas dans les remerciements. Dieu sait pourtant que j’étais drôlement présent, et sous diverses espèces, dans ce gros livre à moitié raté qui malgré le tapage n’a pas dépassé les 40 000 ventes. Nous y reviendrons tôt ou tard…
J’apprends que tu prétends désormais à qui veut l’entendre que nous ne nous sommes pas revus depuis notre brouille pétitionnaire de 2010.  Il paraît aussi que tu fais courir le bruit que j’aurais passé un an en Iran. Pour devenir mollah sans doute ?
V’là-t’y pas qu’avec l’ambition la panique te reprend !
Je possède tellement de preuves du contraire de ce que tu affirmes que tu as perdu d’avance la bataille du mensonge, si bon joueur d’échecs sois-tu.
Te comparant à Nabe, parangon d’égotisme, tu m’as dit une fois en sortant du 25 ter route des Gardes à Meudon, après m’avoir présenté à Lucette Destouches, veuve Céline:
- On peut me blâmer tant qu’on voudra, il n’empêche que moi je suis un bon camarade !
C’est vrai, tu fus un bon camarade. C’est pourquoi je ne te laisserai pas tomber entre de vilaines mains.
Arrivederci, amico mio !

Le citoyen Blanrue.


[1] "Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton."

DOCUMENT INÉDIT REMETTANT EN CAUSE LA VERSION OFFICIELLE DE L'HISTOIRE ! CLIQUEZ ! (précision : les adresses e-mails de Moix et Blanrue ne sont pas floutées car elles ont changé depuis)

"Le Monde" parle de la rupture consommée entre Moix et Blanrue. Mais sans oser dire la vérité !

Laurent Telo, dans Le Monde du 29 août, dresse un long portrait de Yann Moix qui fait ses débuts demain soir chez Laurent Ruquier. 
Telo ose parler des relations plus qu'étroites de l'écrivain orléanais avec Blanrue, ce qui est fort bien, mais comme prévu (et parié avec lui devant témoin !), il dit le contraire de la vérité sur la date et la véritable raison de la rupture survenue entre Moix et celui-ci - ce qui est d'autant plus mal qu'il en possède toutes les preuves.  
Comme vous n'allez pas tarder à le découvrir, chers amis, Moix a en effet vu Blanrue et lui a écrit des centaines de mails et de textos bien après la pétition contre la loi Gayssot (2010) et la sortie de "Un Homme" consacré à Faurisson (2011). Leur dernière rencontre a eu lieu au printemps 2013, à Paris.


" (...) Pour Sollers, Moix est « tellement insaisissable ». On était bien avancé. Alors, on a contacté son frère, Alexandre, écrivain lui aussi, le monsieur du bus. Il ne voulait pas parler de Yann, mais nous a répondu ceci : « Je pense que quelqu’un comme Marc-Edouard Nabe qui l’a très bien connu pourrait vous donner le “Rosebud” de Yann Moix. » Alors, on est allé voir Nabe. Auteur d’Au régal des vermines (Barrault, 1985), pamphlétaire kamikaze étiqueté « antisémite », il bricole des bombes littéraires et se définit comme « un combattant contre Israël ». Son fonds de commerce ? Agonir les gens qu’il méprise pour se mettre à dos tous les autres.

Des relations ambiguës

C’était jour de canicule, il venait d’installer un ventilateur chez son père, Marcel Zanini, l’inoubliable interprète de Tu veux ou tu veux pas ? « Moix, je le vois pour la première fois en 1997, il se pointe chez moi ventre à terre, raconte Nabe. C’est un grand lèche-cul, c’est comme ça qu’il est arrivé où il est aujourd’hui. Maintenant, il veut se dégager de son passé soi-disant sulfureux. Moix savait qu’Alain Soral était Front national ou que Paul-Eric Blanrue était révisionniste. Blanrue, je lui ai présenté en 2001. Ils ne se sont plus quittés. » Palou vient à la rescousse de Moix : « Aragon était très copain avec Drieu La Rochelle. Et puis, Yann est dans la provocation raisonnée. Il n’a pas envie d’emmerder le système. »
On est quand même allé voir Blanrue. Il attendait dans un café parisien, L’Hortensia. « C’est là qu’on se voyait le plus souvent avec Moix. » Blanrue est une sorte d’écrivain-historien. En 2007, Moix préface un de ses ouvrages : Le Monde contre soi : anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme. Un livre qui, réédité sans la préface de Moix et vendu sur le site néofasciste d’Alain Soral, sera interdit après décision de justice.
En 2011, Blanrue, censuré à perpétuité, a réalisé une interview filmée d’une heure trente sur Robert Faurisson dont le signe particulier est de nier l’existence des chambres à gaz. « Evidemment, Yann était au courant que j’étais proche de Faurisson », assure Blanrue.
Moix répond sereinement sur ces amitiés amiantées : « J’étais attiré par Nabe pour des raisons littéraires. Il est devenu une boule de haine. Plus personne ne peut le suivre. Avec Blanrue, on avait deux sujets de conversation, Guitry et les filles. On ne parlait jamais politique. C’est un type très drôle. Petit à petit, je l’ai vu s’enfoncer dans la folie complotiste. La proximité de Blanrue et de Faurisson m’était totalement inconnue. Totalement. C’est impensable. L’antisémitisme est aux antipodes de mon être. Je suis très proche d’Israël. Je ne m’en suis jamais caché. »
La rupture est consommée en 2010, après une pétition pour la liberté d’expression lancée par Blanrue, où la signature de Moix s’est retrouvée au côté de celle de Faurisson. Fin juillet, comme il devait être un peu inquiet, Moix nous a envoyé un SMS de gauche : « Je suis aussi très proche de François Reynaert de L’Obs. Je dîne avec lui une fois par mois depuis novembre 1995. » De SMS en SMS, Reynaert a écrit : « Avec Yann, on s’entend sur l’essentiel : horreur de tout ce qui monte en France en ce moment. C’est-à-dire le nationalisme, le racisme, le repli identitaire… (...) »

L'UN DES MAILS MOIXIENS REÇUS PAR DIZAINES RIEN QUE LE 25 AOÛT 2012 - CLIQUEZ POUR AGRANDIR (précision : les adresses e-mails de Moix et Blanrue ne sont pas floutées car elles ont changé depuis)
video

samedi 22 août 2015

Hommage à Emmanuel Ratier. Sélections de vidéos que Blanrue a tournées pour lui en 2014, avec Julien Teil.


"Thalys" : le rassemblement Bleu Marines.




- Après le 6 juin 1944, les militaires américains sauvent une nouvelle fois la France du péril étranger. Et cette fois, ils n'étaient que deux !

- La sécurité des trains français est désormais sous-traitée par l'armée américaine. C'est la crise, les amis !

- Il faut saluer le comportement exemplaire des Marines, qui, pour une fois, après une victoire, n'ont violé personne (à ma connaissance).

- Qu'aurait fait Florian Philippot s'il avait été dans le Thalys?
1° il n'aurait écouté que son courage et serait entré dans la cabine du terroriste, au risque de se faire violer ?
2° il aurait appelé Gilles-William Goldnadel pour savoir si c'était prévu ?
3° il aurait envoyé un communiqué de presse disant que sans les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, le FN serait déjà au pouvoir et que de telles choses n'arriveraient plus ?
4° il se serait planqué sous son siège en attendant le retour de Londres du général de Gaulle ?
À vous de jouer !

Paul-Éric Blanrue 

jeudi 20 août 2015

Jean-Marie Le Pen exclu.

Voici Jean-Marie Le Pen exclu du FN. 
Il n'est plus membre du parti qu'il a fondé. 
Trois remarques :
1° Le FN d'antan est mort et bien mort, et ses chefs actuels sont des félons ;
2° C'est ce qu'il se passe, cher Jean-Marie, quand on confond le front national avec le front familial, et qu'on préfère sa fille aux gens de talents par égoïsme mal placé ;
3° Malgré ce recentrage honteux, cet aplatissement vil devant le système, Marine Le Pen ne gagnera pas la Présidentielle de 2017. Et ce sera tant mieux !
Ajouter une légende

mercredi 19 août 2015

Mort d'un ami : Emmanuel Ratier (1957-2015).

J'apprends avec une infinie tristesse le décès d'un très proche ami, le journaliste Emmanuel Ratier, successeur d'Henry Coston, éditeur, auteur, directeur de la librairie Facta de nombreuses fois vandalisée par des antifas. Il était l'un des meilleurs spécialistes français des sociétés occultes. Je venais tout juste de l'interviewer pour le documentaire sur la franc-maçonnerie que je réalise avec Julien Teil. Notre dernier échange privé date d'il y a quelques jours. Après un déménagement, il venait de m'annoncer qu'il partait en vacances. Je le connaissais depuis plus de 30 ans... Il était irremplaçable et ne sera pas remplacé dans le rôle qui était le sien. Il avait 57 ans. C'est jeune, trop jeune. Je pense très fort à sa femme, à ses jeunes filles et à sa famille, à qui j'adresse mes plus sincères condoléances.

Paul-Éric Blanrue

En pèlerinage sur la tombe de Céline à Meudon, le 1er juillet 2011
 

mardi 18 août 2015

Reprise des activités : QUE FAIRE ?

Nous en étions restés à ce stade : la conclusion du livre prophétique de Paul-Éric Blanrue sur l'évolution sioniste du FN, Jean-Marie, Marine et les juifs (Oser dire, septembre 2014), étouffé, censuré par à peu près toute la pseudo-dissidence pour les raisons que chacun peut s'imaginer. 
Il est temps de relire cette conclusion en entier et d'en peser les termes un par un, car des choses importantes se préparent et l'on peut en trouver l'annonce à l'état latent. 
La voici, pour la première fois publiée en intégralité sur le Net, à l'initiative de son auteur, M. Blanrue, que nous tenons à remercier vivement. 
Le Clan Des Vénitiens.

CONCLUSION POUR UNE AUTRE FOIS



« Par chance je suis dépourvu de toute ambition politique ou sociale, en sorte que je n’ai à craindre aucun danger de ce côté-là, rien qui me retienne, rien qui me force à des transactions et à des ménagements ; bref j’ai le droit de dire tout haut ce que je pense, et je veux une bonne fois tenter l’épreuve qui fera voir jusqu’à quel point nos semblables, si fiers de leur liberté de pensée, supportent de libres pensées »

(lettre de Friedrich Nietzsche à Malwida von Meysenbug, 25 octobre 1874)





Ce livre n’a pas été écrit pour prendre la défense du parti politique de la famille Le Pen, le Front national, et non plus pour blâmer celui-ci et ses dirigeants mais plutôt pour exposer des faits qui, selon les saisons, sont tour à tour à leur avantage et à leur désavantage. À la fin, une ligne se dessine dont seul l’avenir nous dira si elle est droite ou courbe.

Je ne cacherai pas mon peu d’optimisme pour la France quant à ce que les analystes nomment le « court terme ». Le poids de l’histoire sur les habitudes des gens est énorme ; la capacité qu’ont les lobbies et officines de prendre le contrôle des cerveaux pour instiller le doute, la peur, le désespoir, bref d’entretenir une disposition cafardeuse à la collaboration est proprement sidérante ; la capacité de résistance des êtres humains sur ce plan est faible, et celle des politiciens quasi-nulle quand il est question de choisir entre la défense d’un idéal et la sauvegarde d’un siège et de prébendes.

« Pour qui voter ? », me demande-t-on parfois. Je ne vote pas. Bien qu’ayant été l’un des premiers à dénoncer la vassalité de Nicolas Sarkozy à l’égard d’Israël et de ses groupes de pression, j’ai la conscience suffisamment en éveil pour ne pas m’être jeté dans les bras de François Hollande en 2012. La politique telle qu’elle nous est imposée par les vieilles barbes et les tyranneaux impotents qui nous gouvernent ne débouche sur rien qui puisse dans l’immédiat sortir notre société du coma dans lequel elle a sombré depuis beau temps. Les Diafoirus qui se penchent sur son cas ont chacun leur idée géniale pour l’extraire de cet état végétatif chronique qu’on appelle depuis les années soixante-dix « la Crise » (un mot qui vient du grec krisis, jugement), mais nul n’a pour l’instant trouvé même le début d’une thérapie appropriée.

         Nous vivons au temps de l’esbroufe. La démocratie qu’on nous vend est le royaume du faux-semblant, un jeu de dupes destiné à détourner les hommes et les femmes de leurs véritables priorités. Dans une interview donnée au Spiegel et parue peu après sa mort en 1976, Martin Heidegger disait : « C’est pour moi aujourd’hui une question décisive de savoir comment on peut faire correspondre en général un système politique à l’âge de la technique et quel système ce pourrait être. Je ne sais pas de réponse à cette question. Je ne suis pas persuadé que ce soit la démocratie. » Comment ne pas partager son observation lucide ?

Alors, que faire ? Pour ma part, je m’applique à réaliser dans la vie quotidienne des actes de résistance à ma façon plutôt que d’attendre, les doigts de pieds en éventail, que l’État m’attribue le droit de penser et d’agir à ma guise. « La liberté ne se donne pas, elle se prend ! », s’écriait Henri Lacordaire (en 1830). Ce n’est pas un programme politique, mais c’est ainsi que je conçois une existence qui peut être noble durant la fin de ce cycle historique, tant est loin la possibilité d’un nouveau Regnum. Je n’accorde aucun crédit aux partis, mouvements ou associations militantes, car ils tiennent tous en bride les initiatives originales et fécondes. C’est seulement au sein de structures fraternelles, de sociétés d’amis dénuées de « ligne de parti », que la personnalité des réfractaires a des chances de se développer et qu’un authentique souffle de rébellion peut persister et s’affirmer. Il faut « être autant que possible nos propres rois et fonder de petits États expérimentaux », écrivait Nietzsche, qui ajoutait, sachant de quoi il parlait : « Nous sommes des expériences : soyons-le de bon gré ».

Quand, dans Fable de Venise, un membre de la Grande Loge d’Italie demande à Corto Maltese s’il est franc-maçon, le héros de Pratt lui répond : « Non, je suis simplement franc marin ». Franc, c’est-à-dire libre de toute inféodation. C’est ce qu’il faut tendre à devenir : un franc marin, un franc historien, un franc citoyen, un franc scientifique, un franc artiste !

Depuis mon adolescence j’ai vécu des expériences baroques dans les milieux les plus divers. À 14 ans, désireux de m’engager pour la res publica, je suis entré dans le parti de Jacques Chirac, le RPR ; cela ne me rajeunit pas. Au milieu des années quatre-vingt, j’ai adhéré ensuite au Front national, au temps des « alliances » et de ses premiers tourments médiatico-politiques. Je voulais voir de quoi il retournait. J’ai vu. C’était gratiné. Dès l’âge de 20 ans, j’avais pour l’essentiel compris comment la machine à décerveler fonctionnait et ce que la démocratie telle qu’elle est conçue nous interdisait.

Alors, ouvrant mon champ d’action, j’ai participé à des « opérations spéciales », parfois clandestines, en compagnie d’anarchistes, de gaullistes, de communistes, de nationalistes, de royalistes. Avec certains camarades, j’ai fondé en 1993 le Cercle zététique, destiné à contribuer à la formation d’une appropriation critique du savoir humain tandis que le pays était enclin à tomber dans les rets de fausses spiritualités (les fruits pourris de l’« âge parodique » dénoncé par René Guénon) et se trouvait en proie à la dérive conceptuelle post-moderniste. Au bout de dix ans, l’aventure m’a paru suffire bien qu’elle fût riche d’enseignements. Surtout, elle m’a convaincu d’agir autrement.

Mon « équation personnelle » m’a toujours porté à promouvoir le principe de souveraineté, dans tous les domaines : artistique, historique, politique, religieux. Ce principe d’affirmation de l’homme différencié, singulier, allergique aux étiquettes, s’oppose à la morale grégaire des culs-bénis et à l’effrayante uniformisation du monde. Anarchiste ? Peut-être, mais pas tant qu’il y paraît. Il s’agit d’abord, comme nous y engageait Pindare, de se donner les moyens de devenir ce que l’on est, quel que soit le prix à payer. Ce que je préconise pour réaliser ce « saut qualitatif » volontiers romanesque se rapproche de la devise de Gabriele d’Annunzio : Memento audere semper, « Souviens-toi de toujours oser ! » L’abandon est interdit. On doit vivre en professionnel de l’existence, en commençant par étudier de près la logique de la guerre chère à Guy Debord ; et le jeu fait partie du métier.

Quand bien même je ne crois pas aux institutions, en voie de putréfaction avancée, je crois néanmoins aux ruses de l’histoire comme Hegel croyait à celle de la raison et me plais à envisager que, dans la mesure où « les pensées qui mènent le monde arrivent sur des ailes de colombes » (Nietzsche), il existe un courant caché, souterrain, qui, un jour lointain, par une faveur spéciale de la Providence, jaillira en surface pour aboutir à quelque glorieux résultat.

Pour le moment, nul n’est en état de situer sous quelle portion de terre bénie coule ce petit ruisseau qui fera de grandes rivières. N’importe. De moins en moins de gens croient que le film de propagande qu’on leur projette au journal de 20 heures représente la réalité ; beaucoup déjà ont compris l’énormité du mensonge officiel prédominant et savent que le pouvoir réel de décision se dissimule au-delà des images et des apparences, dans un grand théâtre d’ombres. Pour repartir sur des bases saines, il faudrait que les Français fussent capables de dynamiter au moins deux cents ans d’histoire afin de cerner les origines du mal.

Faire table rase : après tout, pourquoi pas ? « Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser » (Nietzsche, toujours). Partant, n’oublions pas l’ultime avertissement de Heidegger : « Seulement un Dieu peut encore nous sauver. » On a beaucoup répété cette formule du plus grand philosophe du siècle dernier sans en prendre suffisamment la mesure ni en saisir le sens. Face à l’abîme et à la bêtise au front de taureau (« Il n’y a pas d’autre ennemi », disait Gustave Flaubert), c’est de l’esprit, du Verbe, que peut provenir la solution espérée ; non des urnes ni d’une vaine agitation virtuelle inepte Facebook, tombeau des paroles en l’air !) ou du militantisme politique à œillères. C’est soi-même qu’il faut commencer par transformer en apprenant à devenir, comme tout bon Vénitien qui se respecte, sérénissime et sauvage !



À l’ombre de Venise, le 15 août 2014.

BIENTÔT, LES VOIX VONT ENFIN REPRENDRE LEUR LIBERTÉ  !