BLOG DES AMIS DE PAUL-ÉRIC BLANRUE --- ARCHIVES, ACTUALITÉS, PROSPECTIVES --- DÉMYSTIFICATION ET CONTRE-HISTOIRE

jeudi 13 novembre 2014

Deux importants textes historiques de Blanrue sortent enfin en poche, dans une édition prestigieuse !

L'indispensable ouvrage Secrets historiques et grandes énigmes est enfin sorti en POCHE dans la collection bibliomnibus de la prestigieuse maison d'édition Omnibus, dédiée au patrimoine historique et littéraire. Cette édition est associée au magazine L'Express.



Deux importants textes historiques de Blanrue y figurent, entre ceux de Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, de l'historien Jean-Christian Petitfils, du spécialiste du Gotha européen Jean des Cars ou encore de Philippe Delorme, journaliste à Point de vue, lequel a rassemblé ici quelque 60 grandes énigmes et secrets historiques (205 p., en vente partout, 9 euros.)

Extrait de la présentation des auteurs - Cliquez pour agrandir


Présentation officielle : "Ruines mystérieuses et momies parlantes, cadavres vagabonds et meurtriers non identifiés… Les énigmes de l’Histoire sont un défi à la raison en même temps qu’un aliment du rêve. Amateurs de mystère et détectives débutants : voici un indispensable préalable à toute enquête !"

mercredi 5 novembre 2014

Marine Le Pen drague les sionistes. Quelques documents à ne pas rater !

2011, New York : Marine, toute heureuse de rencontrer l'ambassadeur d'Israël, Ron Prosor.


   
Mars 2011, Marine Le Pen déclare sur 90-FM-Israël, une radio de la communauté juive : "Je ne suis pas sûre qu’il y ait beaucoup de musulmans, s’il y avait une loterie, qui auraient envie d’aller passer quinze jours de vacances en Iran... Je n’ai aucune amitié pour M. Ahmadinejad.".
Quant à l’État juif, elle prend de nouveau sa défense : "Nous ne nous sommes jamais solidarisés avec les appels au boycott d'Israël. Je suis prête à être reçue, que puis-je faire de plus ? "





2012 : l'European Jewish Union rencontre Marine Le Pen pour "engager un dialogue".


En 2012, Marine Le Pen donne une interview à une radio israélienne dans laquelle elle dit qu'en France l'antisémitisme d'extrême droite a disparu, mais qu'il "prospère dans les banlieues".


Été 2014. La LDJ ? Ce n'est pas un problème pour Marine Le Pen. 




L'histoire complète dans Jean-Marie, Marine et les juifs !

En vente dans les FNAC, les magasins Cultura, la librairie FACTA (Paris) ou à commander ici : 

mardi 4 novembre 2014

Gollnisch lit Blanrue !

Sur le blog de Bruno Gollnisch, 4 novembre :

"C’est une des raisons pour laquelle Bruno Gollnisch n’a jamais instrumentalisé la question de la religion islamique, traversée par de sensibilités diverses, à des fins politiciennes. Il sait aussi que la cohérence intellectuelle invite à dénoncer les causes plutôt que les conséquences, à savoir l’immigration massive plutôt que la religion des immigrés. Cette submersion migratoire, qui découle aussi de l’explosion démographique des pays du sud, n’est pas l’œuvre d’un complot fomenté par les mollahs, les docteurs de la foi de l’université al azhar du Caire ou le Grand Mufti de Jérusalem. Elle est plus simplement de la responsabilité directe des politiques criminelles menées par l’UMPS depuis quarante ans, par soumission au grand capital apatride, lâcheté, aveuglement, bêtise ou cosmopolitisme. Il ne faut pas l’oublier."

Sur ce blog, extrait de l'article de Blanrue sur le livre de Zemmour, 16 octobre

"La voilà la puissance dont Zemmour ne parle jamais, sauf pour regretter en quelques lignes, les malheureux écarts de l'un ou l'autre de ses réseaux, sans jamais prendre la peine de peindre un tableau d'ensemble de ses méfaits. C'est pourtant cette même force qui a ostracisé son ami Le Pen durant trente ans, l'empêchant de mener une carrière politique normale ; ce ne sont point les imams de banlieue, les vendeurs de kebabs, les dealers de la place Clignancourt, ni les djihadistes d'hier et d'aujourd'hui qui ont monté l'opération du “détail” et la cabale de Carpentras !"

Jean-Marie, Marine et les juifs  est en vente dans toutes les FNAC, les magasins Cultura, la librairie FACTA (Paris) ou à commander ici : http://jeanmarie-marine-et-les-juifs.fr/

Dieudonné et Marine Le Pen.

 Extrait de Jean-Marie, Marine et les juifs :

Dieudonné (interviewé dans Rivarol, 2011) : "Jusqu’où devra aller Marine Le Pen pour donner des gages de sionisme et d’islamophobie ? Ira-t-elle jusqu’à danser à demi-nue sur un char de la Gay Pride ? Je ne sais pas. La stratégie politique qui est actuellement en train de se mettre en place est en tout cas nauséabonde (...). Aujourd’hui si vous n’avez pas la carte du sionisme et donc de l’islamophobie, vous n’entrez pas dans le jeu. Je n’ai donc rien à faire dans ce jeu-là."

La suite dans Jean-Marie, Marine et les juifs
En vente dans toutes les FNAC, les magasins Cultura, la librairie FACTA (Paris) ou à commander ici : http://jeanmarie-marine-et-les-juifs.fr/

Le Père Noël existe-t-il ?

Aymeric Chauprade, le Meyer Habib goy.

Extrait de Jean-Marie, Marine et les juifs (chapitre 17) :

"Brûlant ses vaisseaux, Chauprade redécouvre le point Godwin : « A moins donc qu’il ne soit gouverné par un antisémitisme obsessionnel, un patriote français ne peut chercher à former, contre Israël, et avec l’extrême gauche pro-palestinienne, la racaille de banlieue et les islamistes une alliance à la fois contre-nature et sans issue politique (…) ». On pourrait lui objecter, en employant une méthode comparable à la sienne, qu’un nationaliste français faisant allégeance à Israël agit par un racisme anti-immigrés obsessionnel et que son but n’est que la recherche auprès de l’État juif, disposant d’un important réseau en France, d’une impunité rendant possible l’exécution d’un vaste projet de démigration des populations allogènes. Est-il patriote français, souverainiste, celui qui lèche servilement les bottes du parti de l’Étranger pour obtenir de lui qu’il le laisse chasser les étrangers de sa terre ?"
 
La suite dans Jean-Marie, Marine et les juifs
En vente dans toutes les FNAC, les magasins Cultura, la librairie FACTA (Paris) ou à commander ici : http://jeanmarie-marine-et-les-juifs.fr/


vendredi 31 octobre 2014

"Jean-Marie, Marine et les juifs" est enfin arrivé dans toutes les FNAC de France et de Navarre !


Demandez-le aux vendeurs, il y a peu de chance qu'il se trouve sur le présentoir !

Dieudonné lit Blanrue

 La nouvelle vidéo de Dieudonné (avec Jean-Marie, Marine et les juifs en arrière-plan)



dimanche 26 octobre 2014

Stéphane Blet, pianiste, compositeur, ancien assistant de Vladimir Horowitz, lauréat du Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud, a lu "Jean-Marie, Marine et les juifs": "Pour tous ceux qui veulent vraiment connaître la VÉRITÉ (loin des "manips" des media et des lobbys!), voici l'ouvrage que vous devez lire absolument ! Paul-Eric Blanrue a réalisé un travail admirable dont vous ne sortirez pas indemne ! C'est "THE" livre à se procurer d'urgence!"


Le Front national-sioniste ne plaisante pas avec la laïcité. On se croirait au Grand Orient. Tout est annoncé et expliqué dans "Jean-Marie, Marine et les juifs" !


Un parti politique se coupant volontairement de la transcendance ne peut pas prétendre concourir à l'authentique renaissance d'un pays qui est né, a grandi, a vécu en s'appuyant sur des principes supérieurs issus du monde de la Tradition. Jeanne d'Arc l'avait compris : la victoire française passait par le sacre, symbole de l'union du Ciel et de la Terre au royaume des lys. Se couper du Ciel c'est se couper de ses racines, car, comme disait Rivarol, "tout État est un vaisseau mystérieux qui a ses racines au Ciel." 
(Paul-Éric Blanrue)

CLIQUEZ ICI POUR COMMANDER VOTRE EXEMPLAIRE  !


SUITE
 
Il n'a pas fallu moins d'une réunion du Bureau exécutif du FN pour réintégrer le petit Maxence Buttey, suspecté d'être un vilain islamiste pour avoir envoyé benoitement en interne une vidéo gentillette sur les "miracles de l'islam" que tout le monde ou presque a vue sur le Net.
Le FN l'engage néanmoins à "défendre les idées de son mouvement, notamment la lutte contre le communautarisme et la promotion de la laïcité".
Et le Bureau ajoute pour faire bonne mesure : "Il lui a été signifié ainsi qu’à l’ensemble des protagonistes de ce dossier que l’envoi de vidéos À CARACTÈRE RELIGIEUX dans le cadre de fonctions militantes n’était PAS ACCEPTABLE."
Pas sûr que Jeanne d'Arc, qui a bénéficié en son temps de visions "à caractère religieux" et à qui le FN rend hommage chaque année au printemps, eût contresigné ce communiqué digne d'un convent du Grand Orient.

"Jean-Marie, Marine et les juifs" : passé en une semaine de n°15 à n°9 des meilleures ventes dans la rubrique "politique française" d'Amazon !

Cliquez pour agrandir

lundi 20 octobre 2014

Quand Roger Cukierman lisait l'antisémite Henry Coston !



Le président du CRIF Roger Cukierman est mis en examen sur plainte de Dieudonné. Il a accusé l'humoriste d'être un antisémite. Il en est fier. J'ouvre aussitôt un excellent livre (Jean-Marie, Marine et les juifs, Oser Dire, 2014, à commander ICI) où je lis que dans son ouvrage Ni fiers ni dominateurs (Éditions du Moment, 2008), ce même Cukierman a écrit ceci : « Je me découvre une vocation de financier, notamment à la suite de la lecture d’un livre de l’antisémite Henry Coston, intitulé Les Financiers qui mènent le monde (1955). Il m’a convaincu que les banquiers avaient un pouvoir considérable sur l’économie et qu’aucune profession ne pouvait s’avérer plus intéressante » !
Dans Jean-Marie, Marine et les juifs, je fais ce commentaire : "Je note, pour mémoire, que Henry Coston, mort en 2001, a relancé le journal La Libre Parole de l’antisémite Édouard Drumont dans les années trente et qu’il a été vice-président de l’Association des journalistes anti-juifs durant la guerre, au cours de laquelle il a, en outre, fondé le Bulletin d’information anti-maçonnique et le Bulletin d’information sur la question juive. Condamné aux travaux forcés à perpétuité à la Libération, il fut gracié en 1955."
J'ajoute que Roger Cukierman avait déclaré au quotidien israélien Haaretz après le bon score de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 2002 qu'il s'agissait d'un "message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles".
Les avocats de Dieudonné pourront user de ces citations à loisir...

Paul-Eric Blanrue

Cliquez pour agrandir


Libération, 24 avril 2002 :

«S'il a prononcé les propos rapportés par la presse, alors Roger Cukierman est indigne de représenter la communauté juive de France.» C'est la réaction indignée de Michel Dreyfus-Schmidt, sénateur socialiste, président de Socialisme et judaïsme et membre du comité directeur du Crif, après les déclarations du président du Crif au journal israélien Haaretz : «Roger Cukierman a dit qu'il espérait que la victoire de Le Pen (dimanche, ndlr) servirait à réduire l'antisémitisme musulman et le comportement anti-israélien, parce que son score est un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles.» Hier, dans Libération, Roger Cukierman rectifiait : «J'ai évoqué les conséquences possibles du vote Le Pen. On m'a demandé si cela pouvait entraîner une baisse des violences et j'ai dû dire oui.» Pour Michel Dreyfus-Schmidt : «La communauté juive est suffisamment prévenue de l'antisémitisme de Le Pen ­ l'homme du jeu de mots sur les fours crématoires et du "détail" à propos du génocide ­ pour ne se féliciter, en aucun cas, de son score. Et englober les musulmans dans des généralités comme le fait Cukierman est le propre du racisme ! Le Crif représente beaucoup d'organisations juives et tous les juifs du monde doivent s'effrayer du score de Le Pen.»

http://www.liberation.fr/societe/2002/04/24/roger-cukierman-president-du-crif-critique_401414

vendredi 17 octobre 2014

Impressionnant Paul-Éric Blanrue ! Par Robert Faurisson.

Impressionnant Paul-Éric Blanrue !

Sur son blog :

1. Au 6 octobre 2014, son nouveau livre : Jean-Marie, Marine et les juifs (éditions Oser dire, 19,50 €, au prix de 18, 53 €) ;

2. Au 15 octobre, au sujet de son livre, ses "propos recueillis par Jérôme Bourbon", lesquels sont parus le lendemain dans l'hebdomadaire Rivarol (3,50 € chez certains marchands de journaux) ;

3. Au 16 octobre, son article sur "Zemmour, Israël et Dieudonné".

Du PEB au meilleur de sa forme : un érudit, franc du collier, dru et, là où il le faut, nuancé.

Robert Faurisson.


Sans aucune radio ni aucune télé ni aucun article dans les grands médias, une semaine après sa sortie, "Jean-Marie, Marine et les juifs" se classe 15e des ventes politiques sur Amazon !

Cliquez pour agrandir


jeudi 16 octobre 2014

Zemmour, Israël et Dieudonné.


À l'automne 2014, Éric Zemmour sort Le Suicide français (Albin Michel), désormais best-seller. Il y vante au passage (page 304) le sionisme passé de Jean-Marie Le Pen, qu’il fréquente dans l’intimité depuis belle heurette, sans toutefois le dire. De son côté, Serge Moati, qui se targue d'être un "juif et ancien franc-maçon", publie Le Pen, vous et moi (Flammarion) dans lequel il narre avec bonhommie son "amitié de 25 ans" avec le président de FN. Il en profite pour réaliser un film intitulé "Adieu Le Pen", diffusé sur France 2, sorte d’hagiographie présentée sous le masque de la rupture (à laquelle personne ne croit). Tout ceci n'est pas le fruit du hasard. Mon enquête paraissant sous le titre Jean-Marie, Marine et les juifs (Oser dire) tombe à point nommé pour expliquer cette soudaine frénésie.
Je viens d'achever la lecture du Suicide français. Éric Zemmour y est habile. L'épaisseur du livre et sa construction non linéaire (les chapitres sont disposés comme les pièces d'un puzzle à reconstituer par le lecteur) lui permettent de multiplier les pistes et de noyer le poisson comme dans un roman policier.
Son habileté est de reprendre pour l'essentiel des thèses à succès de ce qu’on appelle à tort ou à raison la dissidence, et de détourner ou minorer une grande partie des conclusions auxquelles celle-ci parvient.
Zemmour reconnaît ainsi, en quelques pages, les méfaits de BHL, Marek Halter et des autres sionistes adeptes de SOS Racisme ; en quelques lignes, mais guère davantage, il critique le pouvoir exorbitant du CRIF ; ayant compris que les esprits les plus éveillés en ont plus qu'assez de la remembrance shoatique, il la dénonce comme "religion obligatoire" et "métaphysique apocalyptique" (en prenant soin, pas folle la guêpe, de se démarquer des révisionnistes). L’habileté de notre "juif berbère" consiste encore à rapporter sans insulte "le phénomène Dieudonné" et à raconter avec sobriété la remise du Prix de l'infréquentabilité et de l'insolence à Robert Faurisson par l’humoriste. Subtil, malin comme un singe, le journaliste-chroniqueur a réussi à faire le buzz en reprenant la thèse d’un livre d’histoire non-conformiste sur Vichy, écrit par Alain Michel, un rabbin vivant en Israël : Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français (CLD, 2012). Puisque l’ouvrage du rabbin est préfacé par celui qui était alors président du CRIF, Richard Prasquier, le déchaînement de vitupérations que sa publicité provoque est par conséquent sans issue pour ses zoïles, qui seront un jour ou l’autre confrontés à l’autorité morale des patrons de la communauté organisée qui mettra de facto un terme à leurs débordements.
En attendant, il faut signaler le revers de l'habileté zemmourienne : la mauvaise foi ou, tout au moins, l'oubli volontaire ayant pour objectif de désigner à ses lecteurs une cible factice. Le diagnostic que Zemmour finit par poser, après mille détours, accable en effet, sans surprise aucune, l'islam.
"Pour "intégrer" l'islam, il faudrait que la France renonce à mille ans d'Histoire, renie Philippe le Bel, Richelieu, Louis XIV, Napoléon, de Gaulle", écrit-il dans un roulement un tambour. Zemmour n'a-t-il pas remarqué que la France a depuis longtemps renoncé à son Histoire ? Cet abandon est précisément ce qui pose problème, comme l'avait noté Guy Debord dans untexte devenu célèbre et dans lequel il faisait remarquer que les immigrés ne pouvaient guère s'intégrer dans une société ayant implosé, détruit ses normes et perdu ses racines.
N’importe, pour Zemmour, l'islam est à la source du mal : "L'islam est à la fois le révélateur et le détonateur de la désintégration de l'État-nation", insiste-t-il.
Fichtre ! Quelle puissance aurait donc cet islam-là ! Il serait capable à lui seul d'abattre l'État-nation ? C'est bien entendu la plus énorme faille de la démonstration de Zemmour. L’auteur oublie en cours de route (c'est pour cela qu'il négocie tant de zigzags, pour s’y perdre, pour nous perdre) un point essentiel, la vérité de bon sens contenue dans cette fameuse phrase attribuée à Voltaire : "Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer". Chacun peut le constater : l'islam est vertement critiqué à peu près partout et par tous, de Valeurs actuelles à Charlie Hebdo, du Point à L'Express, du droitard Finkielkraut (le nouveau Maurras des identaires) au béachelien BHL. Quel pouvoir détient en France cet islam universellement vilipendé ? Étant donné que Zemmour est invité sur tous les plateaux radio et télé pour y dénoncer sa nocivité, il devrait être clair comme le jour, à ses propres yeux d’expert, que cette religion, en quoi il discerne l’abomination de la désolation, ne dirige rien du tout dans notre pays et que ses agents ne disposent que d'une fort médiocre influence, puisqu'ils ne parviennent pas même à empêcher le vote de lois contre le voile et la burqa.
S'il réfléchissait deux minutes sans oeillères, Zemmour se demanderait a contrario quelles sont les personnalités les plus absolument interdites dans la France d'aujourd'hui. Ce n'est pas lui-même, Zemmour, l’ostracisé : on le voit et on l'entend sur toutes les ondes. Qui est donc ce diable incarné sur qui vomissent toutes les autorités de droite comme de gauche ? Point Zemmour, qui bénéficie d'invitations dans les émissions réalisant le meilleur taux d’écoute (quand bien même il y est critiqué : telle est la règle du jeu d’une bonne promo). Non, ce n'est pas Zemmour qui est censuré, loin de là. C’est par exemple, pour ne prendre qu’une figure emblématique de ces nouveaux intouchables : Dieudonné. Quelle puissance est-elle à l'origine de l’exclusion totale des médias de Dieudonné ? Qui l’a désigné comme ennemi public ? Qui cherche jour après jour à lui interdire la location de salles ? Qui s’est donné pour mission de le chasser de son théâtre ? La puissance qui oriente les médias et l’action du gouvernement, celle-là même qui entend mettre un terme définitif à sa carrière d’humoriste.
La voilà la puissance dont Zemmour ne parle jamais, sauf pour regretter en quelques lignes, les malheureux écarts de l'un ou l'autre de ses réseaux, sans jamais prendre la peine de peindre un tableau d'ensemble de ses méfaits.
C'est pourtant cette même force qui a ostracisé son ami Le Pen durant trente ans, l'empêchant de mener une carrière politique normale ; ce ne sont point les imams de banlieue, les vendeurs de kebabs, les dealers de la place Clignancourt, ni les djihadistes d'hier et d'aujourd'hui qui ont monté l'opération du “détail” et la cabale de Carpentras !
Certes, on comprend mieux le silence d’Éric Zemmour concernant cette force innommable lorsqu’on réécoute d’anciennes émissions auxquelles il a participé, par exemple celle-ci, passée sur Radio Courtoisie, où il déclarait en 2011 :
"Je pense qu’Israël a une pratique de la souveraineté qui est exactement celle qu’avait la France pendant des siècles, c’est ça qui m’intéresse, c’est-à-dire une défense farouche de sa souveraineté, comme la France jusqu’au général de Gaulle, et qu'ils n’hésitent pas a employer la guerre comme moyen de défendre une politique et une souveraineté, exactement comme l’a fait la France pendant mille ans, c’est ça qui m’intéresse. Et je pense que le rapport complexe des Français vis-à-vis d’Israël vient de là. Moi je pense toujours l’armée israélienne, c’est 1792, c’est le peuple en arme qui se bat avec les généraux de trente ans qui discutent et tutoient les soldats (…) Je pense que l’armée des Français de 1792 à 1805, c’était ça, exactement la même chose (…) Les Israéliens ont été installés sur une terre ou il y avait déjà des gens, je dis des gens parce que je ne dis pas un peuple, vous savez bien un peuple il faut un sentiment d’appartenance et un destin commun qui n’existait pas chez les Palestiniens de 1948, puisqu’ils se sentaient arabe et c’est tout, pas spécialement Palestine".
On comprend mieux pourquoi Zemmour ne s'étend pas sur la question dans son nouveau livre. Car c’est de cela qu’il s’agit. C’est le lobby de ce pouvoir-là qu’il importerait de mettre en relief. Si la France a changé de destin, si la liberté d’expression a disparu dans notre pays, si la guerre en Afrique et au Proche-Orient est devenue notre lot quotidien, si la question de l’immigration a longtemps été interdite, si le bourrage de crâne sur la Seconde Guerre mondiale a atteint des sommets, si, comme le concède Zemmour lui-même, la Shoah est devenue la "religion obligatoire", imposant aux Français une repentance de chaque instant, ce n’est pas à l’islam qu’en revient la responsabilité. Il importe de le dire et de le répéter jusqu’à ce que la réelle appréciation des forces en présence devienne claire pour nos contemporains.

Paul-Éric Blanrue